NOUVELLES

Dès 2002, un rapport sonnait l'alarme sur la perte d'expertise au MTQ

14/04/2014 05:09 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Dès 2002, un rapport de vérification prévenait que la disparition de l'expertise au ministère des Transports risquait de poser problème, a indiqué lundi Guy Desrosiers, analyste à la Commission Charbonneau.

Le comptable professionnel agréé a scruté 75 rapports reliés au ministère des Transports du Québec de 1994 à 2012 et s'est attardé à 11 d'entre eux traitant plus particulièrement de l'expertise au ministère, des estimations des contrats, du suivi des contrats et des avenants _ ces «extras» réclamés par des entrepreneurs.

Si dès 2002 un rapport avait soulevé le risque de perte d'expertise au ministère, c'est à cause des nombreux départs à la retraite de 1997-1998 dans le cadre de la croisade pour atteindre le «déficit zéro». Ces départs à la retraite avaient affecté non seulement le secteur de la santé, mais aussi ceux de l'éducation et des transports.

Pourtant, malgré cette sonnette d'alarme en 2002, en 2004 le ministère des Transports a été frappé comme les autres ministères par la politique de remplacement d'un seul employé sur deux qui quittaient, a souligné M. Desrosiers.

Au fil des ans, le ministère a donc été décharné. Son rôle est passé de celui de maître d'oeuvre d'un projet à simple client ou surveillant des surveillants, a résumé M. Desrosiers.

Son témoignage se poursuivra mardi.

PLUS:pc