NOUVELLES

Bloquée par le PLC, une candidate poursuit Trudeau en diffamation

14/04/2014 08:06 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Une libérale ayant été bloquée de toute course à l'investiture en vue des prochaines élections fédérales poursuit en diffamation le chef Justin Trudeau et le coprésident de la campagne libérale en Ontario, David MacNaughton.

Christine Innes, candidate malheureuse en 2008 et en 2011 dans la circonscription de Trinity-Spadina, à Toronto, soutient que MM. Trudeau et MacNaughton ont tenu des propos diffamatoires à plusieurs reprises en l'accusant, elle et son équipe, d'intimider des jeunes libéraux lors de la course à l'investiture dans la circonscription.

Le mois dernier, le Parti libéral du Cananda (PLC) a indiqué à Chrstine Innes avoir reçu des plaintes voulant que son mari, l'ancien député libéral de la même circonscription Tony Ianno, ait intimidé les partisans d'une députée de la circonscription voisine Toronto-Centre. Selon M. MacNaughton, des remarques désobligeantes ont été faites à plusieurs jeunes libéraux.

Le mari de Mme Innes aurait laissé entendre que leur avenir au sein du parti était compromis s'ils votaient « du mauvais côté » lors de la prochaine course à l'investiture, selon le Parti libéral.

Mais selon la plainte déposée lundi, ces attaques ne sont qu'un écran de fumée pour dissimuler la décision controversée du Parti libéral d'intervenir dans les investitures en vue des élections générales prévues en 2015.

La poursuite soutient que cette « attaque personnelle » est survenue trois jours après le refus de Christine Innes d'accepter une entente secrète du PLQ qui ouvre la voie à un autre candidat pour remporter l'investiture de la circonscription, qui sera redécoupée lors des élections prévues en 2015.

« Malgré les tentatives publiques de la direction du parti pour détruire ma réputation, j'ai été encouragé par un certain nombre de personnes de différentes allégeances politiques à lutter contre cette action injuste et antidémocratique », soutient-elle.

Mme Innes a proposé au PLC de régler l'affaire en échange d'excuses publiques et du renversement de la décision du parti d'intervenir dans la circonscription. Mais la poursuite affirme que Justin Trudeau et David MacNaughton ont rejeté cette offre, souligne le cabinet d'avocats de Toronto de Sotos LLP, qui la représente.

La poursuite a été déposée devant la Cour supérieure de l'Ontario.

PLUS:rc