NOUVELLES

Une fédéralisation "détruirait" l'Ukraine, estime le président bélarusse

13/04/2014 12:14 EDT | Actualisé 13/06/2014 05:12 EDT

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a déclaré dimanche être "catégoriquement opposé" à l'idée d'une fédéralisation de la Constitution ukrainienne, prônée par son puissant voisin russe, estimant que cela aboutirait à la "destruction" du pays.

"Si vous voulez préserver l'Ukraine en tant qu'Etat uni, et personnellement je veux que l'Ukraine soit un Etat uni (...), je le veux vraiment, alors il ne faut pas d'une fédéralisation", a-t-il dit dans une interview à la chaîne de télévision privée pro-Kremlin NTV.

"Cela provoquera la division totale de l'Ukraine, et cela détruira" le pays, a-t-il ajouté.

"Je suis catégoriquement opposé à une fédéralisation car je soutiens une Ukraine unie", a-t-il ajouté.

Alexandre Loukachenko avait pourtant reconnu le rattachement "de facto" de la Crimée à la Russie.

Le Bélarus a de plus fait partie des onze pays ayant voté contre une résolution de l'Assemblée générale de l'ONU soutenant l'intégrité territoriale de l'Ukraine et condamnant le rattachement de la péninsule de Crimée au territoire russe.

Néanmoins, Minsk s'est montré très réservé face aux événements en Ukraine et à l'attitude de la Russie.

Fin mars, M. Loukachenko a d'ailleurs accueilli le président ukrainien par intérim pour une rencontre impromptue, à l'issue de laquelle Olexandre Tourtchinov l'a remercié pour son engagement de non-agression.

De son côté, Moscou n'a jamais reconnu le gouvernement provisoire pro-européen arrivé au pouvoir après le renversement fin février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch à la suite des manifestations sanglantes à Kiev.

Le Bélarus, pays frontalier de l'Union européenne, au régime autoritaire, est étroitement dépendant des approvisionnements de gaz et de pétrole russes, et fait partie de l'Union douanière promue par la Russie et qui comprend aussi le Kazakhstan.

lap/sym

PLUS:hp