NOUVELLES

Manon Massé veut donner une voix aux marginaux

13/04/2014 07:09 EDT | Actualisé 13/06/2014 05:12 EDT

Manon Massé, qui est devenue le 7 avril la troisième députée de Québec solidaire, s'est présentée cinq fois aux élections avant d'être élue. La travailleuse communautaire du Centre-Sud, à Montréal - en qui plusieurs reconnaissent une femme persévérante et un anticonformiste - entend continuer de donner une voix aux plus marginaux durant son mandat.

« J'ai carburé toute ma vie à l'indignation. C'est ce qui me tire par en avant, qui me donne le courage de me réveiller tous les matins et de faire les luttes nécessaires », dit-elle en entrevue aux Coulisses du pouvoir.

Celle qui se qualifie de militante féministe et écologiste dit vouloir travailler à défendre les droits de l'homme et à s'assurer qu'il y ait plus de justice sociale.

Pourquoi s'est-elle engagée en politique partisane? « Après la Fédération des femmes du Québec, où j'ai travaillé pendant plusieurs années, et la Marche mondiale pour les femmes [de 1995], j'ai senti que ça nous prenait des leviers politiques, et avec Françoise David, on a convenu qu'il était temps que les féministes se mettent le nez là-dedans », explique-t-elle.

« C'est sûr que [le moule parlementaire], c'est pas mon monde, mes façons de faire. Mais Québec solidaire souhaite revoir éventuellement beaucoup de façons de faire », poursuit-elle. « Je pense qu'avec moi, entre une bonne partie de la population du Québec qui ne se reconnaît pas dans cette scène, cette arène-là. Et qui se reconnaît peut-être un petit peu plus en moi. »

Comment explique-t-elle sa victoire sur le député péquiste sortant, Daniel Breton, dans la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques? « Ça fait huit ans que je suis dans le comté, que j'y travaille même si je ne suis pas députée, que je suis en lien avec les gens, les groupes », explique la nouvelle élue.

« Ils ont vu ce que ça voulait dire un gouvernement péquiste, ils l'ont senti, avec les coupes à l'aide sociale, avec les choix à Anticosti, et les gens de la circonscription ont dit non à ça », dit-elle.

Selon elle, le projet de charte des valeurs du Parti québécois a probablement incité plusieurs électeurs à voter pour Québec solidaire.

« Quand on additionne les votes des libéraux et Québec solidaire dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, on a un non assez radical à cette charte qui visait beaucoup plus à exclure qu'à inclure. Mais là on va travailler à ramasser les pots cassés », assure-t-elle.

PLUS:rc