NOUVELLES

Malgré le tumulte, la Pologne croit toujours pouvoir obtenir les JO 2022

13/04/2014 11:09 EDT | Actualisé 13/06/2014 05:12 EDT

VARSOVIE, Pologne - La Pologne a toujours une chance d'accueillir les Jeux olympiques d'hiver de 2022 malgré la démission de la présidente de son Comité de candidature, selon son premier ministre, Donald Tusk.

Jagna Marczulajtis-Walczak a remis sa démission, samedi, après que des médias eurent allégué que son conjoint, Andrzej Walczak, a tenté d'obtenir l'appui de certains journalistes à l'endroit des Jeux en retour d'une somme d'argent. Marczulajtis-Walczak a tenu à se distancer de ses allégations, ajoutant que sa démission était une réaction à cette «campagne de salissage» et à l'hostilité des médias envers la tenue des JO.

Marczulajtis-Walczak a représenté la Pologne en surf des neiges aux Jeux de 1998, 2002 et 2006.

Dimanche, Tusk a dit regretter le départ de Marczulajtis-Walczak, tout en ajoutant que la Pologne et sa voisine slovaque pouvaient toujours accueillir les Jeux.

Selon le dossier de candidature de Cracovie 2022, les épreuves alpines seraient présentées de l'autre côté de la frontière, à Jasna, en Slovaquie. Ce serait la première fois que les Jeux d'hiver s'étendraient sur deux pays.

Le 25 mai, les résidents de Cracovie se prononceront par référendum sur l'appui aux Jeux. Le vote a été requis par le maire de la ville, Jacek Majchrowski.

Cracovie est l'une des cinq villes ayant déposé sa candidature pour la tenue des Jeux de 2022. Les autres sont Almaty, au Kazakhstan, Pékin, en Chine, Lviv, en Ukraine, ainsi qu'Oslo, en Norvège.

Le Comité international olympique sélectionnera la ville hôtesse le 31 juillet 2015, à Kuala Lumpur, en Malaisie.

PLUS:pc