NOUVELLES

La pluie prévue dimanche et lundi pourrait causer bien des inondations au Québec

13/04/2014 04:29 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Plusieurs riverains n'ont certainement pas trouvé de réconfort en consultant les plus récentes prévisions météorologiques.

Selon Environnement Canada, le sud et le centre du Québec recevront de 25 à 45 millimètres de précipitations dimanche ou au plus tard lundi, ce qui risque fort de provoquer de nouvelles inondations.

Le porte-parole de la Sécurité publique pour la Montérégie et l'Estrie, Gaétan Lessard,soutient que, dans les circonstances, il faut que les gens vivant à proximité d'un cours d'eau demeurent à l'affût du moindre changement se produisant près de chez eux.

S'ils remarquent qu'un débordement survient, il faut qu'ils réagissent promptement.

«Pour le bien collectif, ils doivent se dépêcher d'aviser [les autorités de] leurmunicipalité», explique M. Lessard.

Il ajoute qu'une fois que cette première étape est franchie, «si on a des biens se trouvant dans les zones qui peuvent être inondées et si on dispose d'un peu de temps, on les met en lieu sûr puis on se prépare à évacuer».

Il n'est vraiment pas exclu que, dans un horizon rapproché, de nombreux citoyens soient contraints à quitter leur foyer.

La période de la crue printanière revêt un caractère particulier cette année, selon le directeur des opérations chez Hydro Météo, Pierre Corbin.

Habituellement, l'hiver tire graduellement sa révérence au Québec. Plus souvent qu'autrement, sa sortie de piste s'amorce dans le sud de la province avant de sepoursuivre progressivement dans le nord.

Or, en 2014, le scénario a été bien différent d'après M. Corbin.

Il souligne que la saison froide «a pris fin pour toutes les régions à peu près en même temps» et que le dégel s'y est donc amorcé simultanément.

Il n'est donc pas surpris de constater qu'il y a présentement «de multiples problématiques sur plusieurs cours d'eau» qui nécessitent une surveillance étroite.

Pierre Corbin précise qu'actuellement, «il y a énormément de débordements et qu'on ne peut pas tous les énumérer».

Il affirme que, dans la plupart des cas, les cours d'eau sont sortis de leur lit en raison «d'amoncellements de glace qui se sont formés, récemment, [entre autres] en Montérégie, en Estrie etdans le Centre-du-Québec».

Il indique qu'«il y a certainement eu plus de 50 embâcles dans les deux dernières semaines».

PLUS:pc