NOUVELLES

La nouvelle saison de la chasse aux phoques débutera lundi près de Terre-Neuve

13/04/2014 04:35 EDT | Actualisé 13/06/2014 05:12 EDT

HALIFAX - La chasse aux phoques débutera lundi sur la côte Est sur fond de disputes commerciales et judiciaires en Europe et d'affirmations renouvelées par des groupes de défense des droits des animaux à l'effet que cette activité vieille de 400 ans est maintenue en vie artificiellement.

Rebecca Aldworth, directrice exécutive de la succursale canadienne de la Humane Society International, a affirmé dimanche que seulement 15 navires ont signalé leur intention de participer à la chasse. Les chasseurs se concentrent habituellement sur les phoques du Groenland, au large du nord-est de Terre-Neuve.

Avec la fermeture des marchés des produits du phoque aux États-Unis ainsi que dans la majorité de l'Europe et de la Russie, la chasse au phoque commerciale n'est plus que l'ombre d'elle-même et survit largement grâce aux subventions gouvernementales, d'après Mme Aldworth.

«Selon une perspective du marché, la chasse au phoque est à toutes fins pratiques terminée», a-t-elle confié en entrevue, en ajoutant que son groupe retournera sur la banquise pour documenter le massacre.

«Les marchés de la planète ont fermé... C'est une industrie qui survit avec des crédits d'impôt et des subventions», a poursuivi Mme Aldworth.

Le gouvernement canadien s'est toutefois montré un solide défenseur de cette chasse et fait valoir qu'il s'agissait d'une entreprise humaine, durable et économiquement viable, en plus d'être particulièrement importante pour bon nombre de communautés côtières.

La ministre de Pêches et Océans, Gail Shea, a admis dimanche que les opposants à la pêche avaient été efficaces pour fermer les marchés internationaux.

«Ils répandent de fausses informations à propos de la chasse au phoque au Canada et des produits dérivés des phoques canadiens depuis que j'occupe ce poste», a-t-elle dit lors d'une entrevue. «Cela est profondément injuste. Nous avons effectué beaucoup de travail pour nous assurer que la chasse soit humaine.»

Chaque chasseur doit être formé aux méthodes visant à tuer proprement les animaux avant de pouvoir se rendre sur la banquise, a tenu à préciser Mme Shea.

«Je crois qu'il y a beaucoup d'opportunités pour cette industrie», poursuit-elle, soulignant qu'Ottawa continue d'investir dans le développement des produits.

Pendant ce temps, l'industrie poursuit ses démarches avec une poursuite déposée en Union européenne pour faire invalider un embargo européen sur les produits du phoque, tandis que le gouvernement fédéral a porté en appel une récente décision de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour maintenir cette interdiction.

L'OMC a conclu en novembre dernier que si l'interdiction nuisait aux échanges commerciaux libres, les restrictions pouvaient être justifiées en vertu d'«inquiétudes morales» pour le bien-être des animaux.

Le mois dernier, la ministre de l'Agence canadienne de développement économique du Nord, Leona Aglukkaq, a affirmé que la décision de l'OMC avait établi un dangereux prédécent pour les futures relations commerciales.

Mme Aldworth indique que son groupe et d'autres organismes de défense des animaux suggèrent que le gouvernement fédéral devrait laisser disparaître cette activité et amortir l'impact économique en offrant des compensations aux quelque 6000 chasseurs homologués.

PLUS:pc