NOUVELLES

Ukraine: des militants s'emparent du quartier général de la police de Donetsk

12/04/2014 08:56 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT

SLOVIANSK, Ukraine - Des hommes portant l'uniforme de la défunte brigade anti-émeute ukrainienne ont envahi, samedi, le quartier général de la police de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, quelques heures après que des militants armés eurent investi les bureaux du corps policier municipal et de la branche régionale du service de sécurité à Sloviansk.

Il s'agit des plus récents incidents à se produire dans l'est de l'ancienne république soviétique, une région qui possède une importante population russophone et qui constituait également la base électorale du président Viktor Ianoukovitch. Ce dernier a été chassé du pouvoir en février après des semaines de manifestations à Kiev. Les Ukrainiens d'origine russe craignent que le gouvernement intérimaire qui a remplacé Ianoukovitch n'ait l'intention de les opprimer.

La mairesse de Sloviansk a déclaré que les activistes occupant les locaux des forces de l'ordre réclamaient un référendum et une possible annexion à la Russie. Les contestataires dans les autres villes de l'est ont présenté des demandes similaires après que la Crimée eut tenu, en mars, un référendum au terme duquel les électeurs ont décidé de quitter l'Ukraine et ainsi permis à la péninsule de se joindre à la Russie.

Des témoins ont raconté que les manifestants qui étaient entrés dans l'édifice de la police à Donetsk étaient vêtus de l'uniforme de la Berkut, la brigade anti-émeute du pays qui a été dissoute après le renversement de Viktor Ianoukovitch. Les méthodes brutales des agents de la brigade lors d'un rassemblement à Kiev en novembre a provoqué une série de manifestations ayant donné lieu à un bain de sang en février durant lequel plus de 100 personnes ont été abattues par des tireurs d'élite. L'actuel gouvernement soutient que ces tireurs étaient des policiers.

À Sloviansk, environ 20 hommes armés de fusils automatiques et de pistolets gardaient l'entrée du poste de police et, selon les autorités, une vingtaine d'autres se trouvaient à l'intérieur.

Dans un communiqué publié samedi, le ministère ukrainien de l'Intérieur a affirmé que les militants avaient utilisés des grenades de gaz lacrymogène et assourdissantes pour s'emparer du bâtiment et blessé trois agents. Selon le ministère, l'objectif des assaillants était de mettre la main sur les armes qui se trouvaient dans le poste, soit environ 40 fusils automatiques, 400 pistolets et de nombreuses munitions.

Le ministère a plus tard annoncé que des membres du même groupe avaient saisi les bureaux de la branche locale du service de sécurité.

Kiev et les États-Unis ont accusé Moscou d'attiser la révolte dans l'est du pays afin de l'utiliser comme prétexte pour envoyer des troupes en sol ukrainien. La Russie a stationné des soldats dans plusieurs zones près de la frontière de l'Ukraine.

Vendredi, le ministère russe des Affaires étrangères avait prévenu le gouvernement ukrainien de ne pas recourir à la force contre les manifestants prorusses sous peine de mettre en péril les pourparlers sur la crise qui doivent avoir lieu la semaine prochaine entre les États-Unis, l'Union européenne, la Russie et l'Ukraine.

PLUS:pc