NOUVELLES

Paris-Roubaix - Vansummeren se remet en selle pour oublier le drame

12/04/2014 08:16 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT

Johan Vansummeren qui porte encore les stigmates de sa chute au Tour des Flandres le week-end dernier, prendra "vaille que vaille" le départ de Paris-Roubaix dimanche en pensant à cette dame qui se trouve toujours dans le coma après qu'il l'eut renversée.

"La semaine a été très difficile. Cela reste pénible", explique le Belge qui a pris la décision de participer jeudi après une reconnaissance du parcours.

"C'est bizarre à dire mais ça m'a fait plaisir de rouler sur les pavés avec mes équipiers. Cela m'a permis de me laver quelque peu la tête", avait-il déclaré à sa descente de vélo, la voix basse, l'oeil droit tuméfié et ce regard hagard, parfois humide, de ceux qui sont dans l'angoisse.

Car le dernier communiqué du parquet (vendredi) concernant l'état de santé de Marie-Claire Moreels n'était guère rassurant.

Cette Flamande de 65 ans était quelques jours après l'accident toujours placée dans le coma artificiel, dans un état critique, souffrant d'un grave traumatisme crânien qui a nécessité deux longues opération en début de semaine.

"Je pense beaucoup à elle. Heureusement, je suis bien entouré", soupire le plus grand vainqueur (1,98 m) de l'histoire de Paris-Roubaix, épreuve qu'il avait faite sienne en 2011.

Lundi des copains d'entraînement, notamment son équipier Thomas Dekker sont venus le chercher à la maison pour une séance de quelques dizaines de kilomètres.

"Je n'y voyais pas grand chose mais cela m'a fait plaisir qu'ils viennent me chercher. Cela m'a permis de me changer les idées. Mais mardi, j'étais seul. Là, tu cogites beaucoup", raconte-t-il.

"J'ai donc essayé de faire de +l'interval training+, de me concentrer sur mon ordinateur pour voir les watts que je développais".

- Impressionnant sur les pavés -

Selon ses équipiers chez Garmin, "Summie" a été impressionnant sur les pavés lors de la reconnaissance de jeudi, se permettant quelques belles accélérations.

Vansummeren tempère toutefois l'optimisme de ses amis.

"Sauf le début du Ronde, cela fait deux semaines que je n'ai plus couru en course", rappelle-t-il.

Difficile donc d'envisager qu'il répète le coup de 2011, surtout après les dernières nuits difficiles et un moral forcément en berne même s'il a été réconforté lors de ses contacts avec l'époux de Marie-Claire Moreels.

D'après la presse flamande, ce dernier aurait d'ailleurs insisté pour que Vansummeren soit au départ dimanche à Compiègne.

Il sera temps ensuite de penser aux suites de la collision. Car le Belge n'en a pas fini avec ce drame du Ronde. Le parquet a ouvert une enquête, entre autres pour déterminer "si le lieu de l'accident était suffisamment sécurisé", "si la dame était situé dans un endroit autorisé, et "si le coureur n'a pas commis d'imprudence".

bnl/jgu

PLUS:hp