NOUVELLES

Ottawa suggère d'élargir un projet pilote pour contrer l'invasion du crabe vert

12/04/2014 12:12 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT

HALIFAX - Le gouvernement fédéral se propose d'élargir un projet pilote pour contrer la prolifération du crabe vert dans les eaux des Maritimes, une idée chaudement applaudie par deux groupes de pêcheurs de la région.

Aussi connu sous le nom de «crabe enragé» ou «crabe européen», cette espèce invasive de l'Europe et de l'Afrique du Nord au comportement territorial et agressif peut être nuisible aux espèces dont elle se nourrit massivement, telles que les huîtres, les palourdes, les pétoncles et les mollusques: tous des produits de la pêche.

Le ministère fédéral des Pêcheries suggère d'offrir à 70 pêcheurs d'anguille la possibilité d'échanger leur permis de pêche à l'anguille pour plutôt capturer les crabes verts dans le golfe du Saint-Laurent.

Dans le cadre d'un projet pilote mené durant les trois dernières années, 30 pêcheurs du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse ont fait cet échange, a affirmé par courriel la porte-parole du ministère, Krista Petersen.

Le président de la coalition des pêcheurs du golfe de la Nouvelle-Écosse, Leonard LeBlanc, a déclaré qu'il était impatient de voir des mesures pour réduire le nombre de crabes verts.

Il ne croit pas qu'ils réussiront à éradiquer «la bête», mais toute mesure visant à réduire leur impact est bienvenue, a-t-il ajouté.

À l'association des pêcheurs crustacés de l'Île-du-Prince-Édouard, la pêche au crabe vert suscite l'espoir du directeur Greg McKee, qui presse le gouvernement fédéral d'accorder de nouveaux permis aux pêcheurs, qui y voient une source potentielle de revenu supplémentaire.

Un autre projet pourrait aussi remplir les mêmes fonctions. Luke Poirier, un étudiant aux cycles supérieurs de l'université de l'Île-du-Prince-Édouard tente de reproduire un procédé de récolte utilisé en Europe pour un crabe similaire, dans l'espoir que le crabe vert devienne un produit de consommation au Canada.

La mise en marché du crustacé représenterait une source de revenu supplémentaire pour les pêcheurs, en plus de réduire sa population.

Les discussions au gouvernement se poursuivent et on ne sait pas quand le projet pilote du gouvernement serait lancé.

PLUS:pc