NOUVELLES

Irak: l'armée aurait-elle tenté d'assassinat le vice-premier ministre?

12/04/2014 06:49 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT

BAGDAD - Le commandant en chef de l'armée dans la province d'Anbar, en Irak, a nié samedi les allégations de la part de supporters du vice-premier ministre voulant que ce dernier ait été la cible d'une tentative d'assassinat, la veille, alors qu'il se déplaçait à l'ouest de Bagdad.

Des coups de feu ont été tirés, vendredi, alors que le convoi du vice-premier ministre Saleh al-Mutlaq se trouvait non loin de la région métropolitaine de la capitale. Le déroulement des événements fait l'objet de versions contradictoires.

Talal al-Zobaie, un parlementaire sunnite accompagnant M. al-Mutlaq, a indiqué après la fusillade que des hommes armés et vêtus d'uniformes militaires avaient ouvert le feu sur le convoi.

Selon Sam Patten, un consultant américain représentant le bloc politique de M. al-Mutlaq, des témoins et les gardes du corps du vice-premier ministre allèguent que les tireurs faisaient partie de la 9e division de l'armée irakienne, et qu'ils avaient ouvert le feu en premier.

Le chef du commandement de la province d'Anbar, le lieutenant-général Rasheed Fleih, a fourni un témoignage différent samedi. Selon lui, une dispute entre les gardes du corps et les membres des forces de sécurité chargées de protéger le ministère des Ressources hydriques a mené à des tirs.

M. Fleih a assuré que «l'armée n'a jamais ouvert le feu», et qu'«il n'y a pas eu de tentative d'assassinat».

L'incident survient quelques semaines seulement avant les élections parlementaires du 30 avril. Il n'y aura pas de bureaux de vote dans certaines parties de la province d'Anbar, là où les forces de sécurité s'attaquent aux militants islamistes et aux combattants alliés contrôlant la capitale provinciale, Ramadi, et près de l'ensemble de la ville voisine de Falloujah.

Pendant ce temps, les violences se sont poursuivies samedi au pays. Une voiture piégée stationnée dans une zone commerciale de Baqouba, à 60 kilomètres au nord-est de Bagdad, a tué quatre personnes et en a blessé 16 autres, a fait savoir la police. À Tarmiyha, à 50 kilomètres au nord de la capitale, un engin piégé a frappé une patrouille de police, tuant une personne et en blessant six autres, ont précisé les autorités.

PLUS:pc