NOUVELLES

Les Dominicains d'origine haïtienne de plus en plus souvent exclus des écoles

11/04/2014 05:00 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

SANTO DOMINGO, République dominicaine - De plus en plus d'enfants d'origine haïtienne nés en République dominicaine ne peuvent plus aller à l'école depuis une décision judiciaire qui pourrait dépouiller de leur citoyenneté des dizaines de milliers de personnes, selon un rapport publié vendredi.

Des dizaines de familles comprenant des enfants d'âge scolaire affirment avoir été exclues ou harcelées à cause d'une interprétation arbitraire du jugement et des lois dominicaines, selon des chercheurs de l'Institut des droits de la personne de l'université Georgetown, aux États-Unis, qui ont réalisé le rapport.

En conséquence, certains enfants abandonnent tout simplement l'école, tandis que d'autres sont forcés de travailler malgré leur jeune âge, a déclaré Kimberly Fetsick, l'une des auteures du rapport.

La chercheuse affirme que les droits fondamentaux de ces enfants ne sont pas respectés et estime que des mesures doivent être adoptées immédiatement pour les protéger.

Le rapport analyse certains impacts découlant de la décision judiciaire de septembre 2013, qui pourrait permettre au gouvernement dominicain de dépouiller rétroactivement de leur citoyenneté la plupart des personnes d'origine haïtienne nées en République dominicaine. Des groupes de défense des droits de la personne affirment qu'environ 200 000 personnes sont concernées, tandis que le gouvernement estime qu'il n'y en a que 13 000.

Les personnes d'origine haïtienne se font de plus en plus souvent refuser la délivrance de documents d'identité de base ou se sont fait saisir leurs documents par des responsables du gouvernement même si elles sont nées en République dominicaine, ce qui complique leur accès à l'éducation, ont établi les auteurs du rapport.

La Constitution dominicaine protège le droit à l'éducation de tous, incluant les enfants qui n'ont pas de documents d'identité appropriés, mais plusieurs écoles exigent maintenant une preuve de citoyenneté dominicaine pour inscrire les élèves ou avant les examens nationaux, selon le rapport.

Environ 48 000 enfants n'ayant pas de documents d'identité fréquentent les écoles primaires de la République dominicaine, selon les statistiques du ministère de l'Éducation pour l'année scolaire 2011-2012.

Aucun porte-parole du ministère n'a pu être joint pour commenter le rapport.

La décision judiciaire a accru les tensions entre les gouvernements de la République dominicaine et d'Haïti, qui se partagent l'île d'Hispaniola. Les deux gouvernements ont commencé à se rencontrer en privé cette année pour discuter du dossier, et des représentants de l'ONU, de la Communauté caribéenne, de l'Union européenne et du Venezuela agissent comme observateurs.

PLUS:pc