NOUVELLES

L'Egypte aura encore "besoin" d'aide financière, selon le FMI

11/04/2014 05:59 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

L'Egypte a été renflouée par les pays du Golfe mais aura encore "besoin d'aide financière" pour remettre durablement son économie à flot, a estimé un responsable du Fonds monétaire international vendredi.

"L'Egypte aura besoin d'aide financière qui pourra venir de ses partenaires du Golfe ou, si le gouvernement le souhaite, du FMI ou d'autres institutions financières internationales", a déclaré à la presse le chef de mission du Fonds en Egypte, Christopher Jarvis.

Jusqu'à l'année dernière, le FMI négociait avec Le Caire un prêt de 4,8 milliards de dollars assorti de réformes économiques.

Mais les discussions ont été interrompues en raison de l'instabilité politique qui a débouché en juillet sur la destitution du président Morsi et a conduit le pays à se tourner vers les pays du Golfe.

L'Arabie saoudite s'est notamment récemment engagée à apporter une aide de cinq milliards de dollars au pouvoir installé par l'armée tandis que les Emirats arabes unis et le Koweït ont offert ensemble 7 milliards de dollars.

En dépit de cet argent, l'Egypte reste confrontée à de "grands défis" notamment une croissance "trop faible" et un chômage "trop élevé", a estimé M. Jarvis, jugeant la position budgétaire du pays "fragile".

Alors que le pays se prépare à une élection présidentielle en mai, le représentant du FMI a de nouveau appelé les autorités à réduire leurs subventions aux prix énégertiques qui grèvent, selon lui, le budget.

"Il serait préférable d'engager les réformes le plus tôt possible mais le processus prendra plusieurs années", a estimé M. Jarvis, réaffirmant que le Fonds était prêt à aider le pays.

jt/aue/rap

PLUS:hp