POLITIQUE

Le sénateur Patrick Brazeau doit se rendre dans un centre de désintoxication (VIDÉO)

11/04/2014 12:55 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

GATINEAU, Qc - Le sénateur Patrick Brazeau a été libéré vendredi après-midi avec une longue série de conditions, dont celle de se rendre d'ici 72 heures dans un centre de désintoxication pour la drogue et l'alcool.

Il a été arrêté dans la nuit de jeudi et a été accusé de voies de fait sur une femme et un homme, de possession de cocaïne, de menaces de mort et de bris de conditions.

Sous garde à vue depuis son arrestation, Brazeau, âgé de 39 ans, pourra quitter le centre de détention avec une caution de 5000 $ sans dépôt.

Mais il devra aussi respecter un couvre-feu et s'est vu imposer l'obligation de garder la paix, de ne consommer aucune drogue ni alcool, ainsi qu'une interdiction de contact avec les deux personnes sur lesquelles il aurait commis des voies de fait.

Il ne pourra non plus posséder d'armes. «Il n'a pas d'armes», a rapidement déclaré son avocat, Gérard Larocque, pour couper court à la description de toutes les armes interdites.

En cour, Brazeau portait les mêmes vêtements que la veille, soit ceux qu'il avait sur lui au moment de son arrestation. Menottes aux poings, il a indiqué au juge qu'il comprenait les conditions de sa libération.

«Est-ce qu'elles vous posent problème?» a demandé le magistrat.

«Non, monsieur le juge», a répondu calmement Patrick Brazeau.

Jeudi, il avait plaidé non coupable à tous les chefs d'accusation.

«Il a eu des conditions spécifiques. Il doit se rendre à la Maison Mélaric pour y suivre une thérapie pour y régler un problème d'alcool et de drogue», a expliqué aux journalistes la procureure de la Couronne, Stéphany Robitaille, après la comparution de vendredi.

«Il devra y vivre 24/7», a-t-elle précisé au sujet du centre, situé près de Lachute, au Québec.

Mais s'il quitte la Maison Mélaric ou en est expulsé, il devra se constituer prisonnier au poste de police le plus proche.

Son dossier revient en cour le 17 juin prochain.

La police de Gatineau avait été appelée à intervenir pour une affaire de voies de fait dans un contexte de violence conjugale dans une résidence du boulevard Labrosse, dans la nuit de jeudi. Une dame y aurait été victime de voies de fait et l'ami de cette dernière aurait reçu des menaces.

Le sénateur suspendu avait aussi été arrêté en février 2013 pour agression sexuelle et voies de fait. La date de ce procès devait être déterminée ce vendredi mais l'exercice a été reporté au 25 avril.

Le sénateur a de plus été accusé en février dernier de fraude et d'abus de confiance dans le scandale des dépenses au Sénat. Il aurait fait de fausses déclarations sur son lieu de résidence et empoché indûment des allocations à ce titre. Il sera de retour au palais de justice d'Ottawa dans cette affaire le 28 avril.

Brazeau, qui avait été nommé à la Chambre haute par le premier ministre Stephen Harper, avait été exclu du caucus conservateur après avoir été accusé d'agression sexuelle et de voies de faits en 2013. Il a ensuite été suspendu sans solde du Sénat.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les controverses du Sénat