NOUVELLES

Le président malien en visite d'Etat au Sénégal à partir de dimanche (officiel)

11/04/2014 03:32 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta est attendu dimanche après-midi à Dakar "pour une visite d'Etat" au Sénégal devant durer jusqu'au 15 avril, a annoncé vendredi la présidence sénégalaise dans un communiqué.

M. Keïta s'entretiendra lundi matin en tête-à-tête avec son homologue sénégalais Macky Sall, entretien qui sera ensuite élargi aux délégations des deux pays.

Puis le président malien ira lundi après-midi à l'Assemblée nationale où il s'adressera aux députés sénégalais. Mardi, dernier jour de son déplacement, il se rendra à Gorée, île symbole de la traite négrière, avant de visiter le Grand Théâtre national de Dakar et de rencontrer la communauté malienne.

Le communiqué n'indique pas si les deux chefs d'Etat aborderont la situation de l'ex-président malien Amadou Toumani Touré, réfugié au Sénégal depuis deux ans et menacé de poursuites au Mali.

Général à la retraite élu président du Mali en 2002, puis réélu en 2007, M. Touré avait été renversé le 22 mars 2012 par des militaires qui l'accusaient d'incurie dans la lutte contre les groupes armés menant alors une offensive dans le nord du pays.

Le coup d'Etat a précipité la chute des régions du Nord aux mains des groupes armés, incluant des rebelles touareg et des jihadistes liés à Al-Qaïda, qui les ont occupées pendant près de 10 mois entre 2012 et 2013.

Les jihadistes, qui avaient fini par prendre l'ascendant sur leurs ex-alliés sur le terrain, ont été chassés des grandes villes du Nord à partir de janvier 2013 par une intervention militaire franco-africaine toujours en cours. Ils demeurent cependant actifs dans ces vastes zones, où ils commettent des attaques à intervalles réguliers.

Plus de deux semaines après le renversement de son régime, Amadou Toumani Touré avait formellement démissionné le 8 avril 2012. Quatre jours plus tard, un président de transition avait été installé et 11 jours plus tard, l'ex-président avait quitté Bamako avec sa famille pour Dakar où il vit depuis lors.

M. Touré est menacé d'un procès pour "haute trahison" par le régime du président Keïta, qui a pris ses fonctions en septembre 2013.

Fin décembre 2013, le gouvernement malien l'a notamment mis en cause pour avoir, pendant son mandat, laissé le Nord tomber aux mains de groupes armés.

Le 24 janvier dernier, le gouvernement sénégalais avait indiqué ne pas avoir été sollicité pour des poursuites concernant M. Touré.

cs/mrb/mba

PLUS:hp