NOUVELLES

Le pape prend la responsabilité des agressions commises par des prêtres

11/04/2014 01:21 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Le pape François a déclaré vendredi qu'il prend personnellement la responsabilité des prêtres «mauvais» qui ont agressé et violé des enfants, en plus de demander pardon auxvictimes et de déclarer que l'Église doit être encore plus audacieuse dans ses efforts pour protéger les jeunes.

C'est la première fois qu'un pape assume une responsabilité personnelle pour les crimes sexuels des prêtres et qu'il demande pardon.

Le pape y est allé de ces commentaires à l'improviste après avoir été critiqué par les groupes de défense des droits de victimes pour son manque apparent d'intérêt envers le scandale des agressions sexuelles. Les demandes se multiplient aussi pour qu'il punisse les évêques qui ont protégé les prêtres pédophiles au lieu de les dénoncer.

Il a fait ces commentaires, dans son espagnol natal, lors d'une rencontre avec des membres du Bureau international catholique de l'enfance, une organisation française qui défend les droits des enfants.

«Je sens qu'il est nécessaire que je prenne une responsabilité personnelle pour tout le mal que certains prêtres — ils sont nombreux, mais pas en comparaison avec la totalité — de prendre une responsabilité personnelle et de demander pardon pour les dommages causés par les agressions sexuelles d'enfants», a-t-il dit.

«L'Église connaît ces dommages, a poursuivi le pape. Nous ne voulons pas régresser dans notre gestion de ce problème et les sanctions qui doivent être imposées. Au contraire, je pense que nous devons être encore plus forts! On ne doit pas interférer avec la vie d'enfants.»

Aucun pape n'a jamais accepté de responsabilité personnelle pour les dizaines de milliers d'enfants qui ont été agressés par des prêtres pendant des décennies, pendant que les évêques les déplaçaient de paroisse en paroisse au lieu de les dénoncer à la police. Le pape Jean Paul II a dénoncé les prêtres qui ont agressé les enfants, Benoît XVI a exprimé sa peine et ses regrets aux victimes, mais aucun d'entre eux n'avait accepté la responsabilité du scandale ou demandé pardon aux victimes comme François l'a fait.

Le pape a commencé, le mois dernier, à mettre sur pied une commission qui lui conseillera les meilleures façons de combattre les agressions sexuelles au sein du clergé. La moitié des membres du comité sont des femmes, dont une qui a été agressée par un prêtre.

Vatican Radio n'avait offert qu'un compte-rendu partiel des propos du pape, pendant que Vatican Television les excluait totalement de sa couverture. Les citations complètes n'ont été rendues publiques qu'à la demande de l'Associated Press.

PLUS:pc