NOUVELLES

L'attaquant de longue date des Oilers Ryan Smyth annonce sa retraite

11/04/2014 04:16 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

EDMONTON - L'attaquant des Oilers d'Edmonton Ryan Smyth a fait savoir qu'il prendra sa retraite à la fin de la présente saison.

Le vétéran de la LNH, qui a aussi été un joueur-clé avec l'équipe canadienne, a été repêché au sixième rang par les Oilers en 1994. Il a passé la majorité de sa carrière de 18 saisons dans la capitale albertaine. Il est devenu le visage des Oilers de l'ère post-Gretzky, alors qu'il a notamment mené l'équipe jusqu'en finale de la Coupe Stanley en 2006.

Le hockeyeur de 38 ans a fait part de sa décision en conférence de presse, en compagnie du directeur général des Oilers Craig MacTavish. Il a remercié tout le monde dans l'organisation, y compris le massothérapeute, au cours d'un discours où il a eu de la difficulté à contenir ses larmes.

«Vient un temps dans sa vie où il faut tourner la page, et c'est ce que je fais aujourd'hui, a dit Smyth. Bien qu'il doit difficile de dire adieu au hockey, je suis béni que Dieu m'ait donné les habiletés et la passion pour que je puisse pratiquer ce grand sport aussi longtemps que je l'ai fait.»

Smyth a 386 buts et 456 aides en 1269 matchs et il disputera le dernier match de sa carrière, samedi, quand les Oilers affronteront les Canucks de Vancouver à domicile. Il a ajouté 59 points (28-31) en 93 matchs éliminatoires.

Surnommé «Capitaine Canada» en raison de sa loyauté à l'égard de l'équipe nationale canadienne, il a aidé le pays à décrocher la médaille d'or aux Jeux olympiques de 2002 ainsi qu'à la Coupe du monde de 2004. Il a par ailleurs représenté le Canada dans sept championnats du monde d'affilée durant ses meilleures années.

«Plusieurs joueurs ont porté le maillot des Oilers d'Edmonton, mais personne n'a porté le chandail avec plus de passion que Ryan Smyth», a de son côté souligné MacTavish.

L'ailier des Oilers David Perron a dit que Smyth était son idole durant son enfance.

«Il était toujours autour du filet à se salir le nez, et il marquait le genre de but où tout le monde disait, 'La rondelle est-elle rentrée? Oh, Ryan Smith a encore marqué!'. Et à la fin de la saison, il se retrouvait avec 30 à 40 buts», a commenté Perron après l'entraînement de vendredi.

PLUS:pc