NOUVELLES

L'Argentine dénonce des manoeuvres militaires britanniques aux Malouines

11/04/2014 01:17 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

L'Argentine a dénoncé vendredi l'organisation imminente d'exercices militaires de l'armée britannique aux Malouines, archipel de l'Atlantique Sud, dont Buenos Aires revendique la souveraineté.

Le ministre argentin des Affaires étrangères, Hector Timerman, a qualifié les manoeuvres militaires programmées du 14 au 27 avril de "nouvel acte d'agression", de "provocations et d'actes hostiles envers l'Argentine de la part d'une puissance nucléaire étrangère extra-continentale".

Le vice-ministre argentin, Eduardo Zuain, a convoqué l'ambassadeur du Royaume-Uni à Buenos Aires pour lui remettre "une lettre de protestation énergique face à la nouvelle démonstration de force belliqueuse dans une zone de paix", poursuit le communiqué lu par Hector Timerman.

Les autorités argentines s'émeuvent notamment de tirs de missiles utilisés par les forces britanniques en Afghanistan.

En 2010, l'Argentine avait déjà protesté contre des exercices militaires dans les eaux territoriales de l'archipel des Malouines (Falklands, appellation britannique des Malouines).

Buenos Aires affirme que les Malouines, dont la population officielle est de 2.500 habitants, comptent un militaire pour deux civils.

La semaine dernière, la présidente argentine Cristina Kirchner avait affirmé que Londres disposait d'une base nucléaire dans l'archipel, à l'occasion du 32e anniversaire de la guerre des Malouines, un conflit perdu contre le Royaume-Uni pour la possession de ce petit archipel austral.

Le Royaume-Uni avait aussitôt démenti, précisant que sa présence militaire au large de la Patagonie argentine était "le minimum nécessaire pour défendre l'archipel" situé à plus de 13.000 km de Londres.

L'Argentine, écrasée militairement par le Royaume-Uni, réclame toujours la souveraineté sur ces îles situées à 500 km de ses côtes et sous contrôle britannique depuis 1833.

La guerre des Malouines, déclarée par le dictature argentine (1976-1983), avait causé le mort 649 Argentins et 255 Britanniques. Cette défaite avait précipité la chute de la junte militaire au pouvoir à Buenos Aires.

ap/ag/sym

PLUS:hp