NOUVELLES

La Guinée-Bissau, pays ouest-africain au passé tumultueux

11/04/2014 06:01 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

La Guinée-Bissau, où le second tour de l'élection présidentielle se tiendra dimanche, a connu de nombreux coups d'Etat et tentatives de putschs depuis son indépendance en 1974.

Le pays a été le théâtre d'un nouveau coup d'Etat le 12 avril 2012, qui a renversé le pouvoir entre deux tours d'une présidentielle. Des autorités intérimaires ont été mises en place dans le cadre d'un processus de transition.

- SITUATION GEOGRAPHIQUE: Pays de l'Afrique de l'Ouest sur l'océan Atlantique. Ensemble continental et insulaire (36.100 km2). Limitrophe du Sénégal et de la Guinée.

- POPULATION: 1,66 million d'habitants en 2012 (Banque mondiale).

- CAPITALE: Bissau.

- LANGUES: Portugais (officielle), locales.

- RELIGIONS: Animistes (55%), musulmans (35%), chrétiens.

- HISTOIRE-REGIME: Colonie portugaise à partir du XVIe siècle. L'indépendance unilatérale est proclamée en 1973 après une lutte de onze ans conduite notamment par Amilcar Cabral. La République de Guinée-Bissau devient officiellement indépendante en 1974.

Luis Cabral, premier président, est déposé par l'armée en 1980. Joao Bernardo Vieira dit "Nino" est désigné pour le remplacer avant d'être élu, en 1984, président du Conseil d'Etat.

Après l'adoption du multipartisme (1991), Vieira et son mouvement, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), remportent en 1994 les premières élections pluralistes.

En 1998-1999, une rébellion aboutit au renversement de Vieira. Une junte militaire lui succède avant une présidentielle remportée en 2000 par Kumba Yala (Parti de la rénovation sociale, PRS), renversé à son tour par une junte militaire en 2003.

Vieira, de retour d'exil, remporte en 2005 la présidentielle en candidat indépendant. Il est tué en mars 2009 par des militaires à Bissau. Malam Bacaï Sanha est élu président en juillet sous la bannière du PAIGC.

Le 18 mars 2012, les Bissau-Guinéens votent dans le calme au 1er tour d'une présidentielle pour remplacer Malam Bacaï Sanha décédé en janvier, mais le 12 avril un coup d'Etat militaire interrompt le processus électoral.

Le 13 avril 2014, le PAIGC a remporté les élections législatives, obtenant 57 des 102 sièges de députés. Le second tour de la présidentielle opposera dimanche José Mario Vaz, du PAIGC, arrivé en tête du premier tour avec 40,89% des voix à Nuno Gomes Nabiam, candidat indépendant qui a obtenu 24,79% des suffrages.

- ECONOMIE: Rurale à 90% et faible industrie. Noix de cajou. Pêche, arachide, bois. L'agriculture et la pêche représentent environ 63% du PIB. L'agriculture assure 80% des moyens de subsistance et 90% des exportations, principalement les noix de cajou.

Ressources minières et pétrolières non encore exploitées et convoitées par plusieurs pays comme la Chine, l'Angola et le Venezuela.

Le pays connaît une situation économique et sociale difficile. 80% de la population vit avec moins d'un dollar par jour (ONU).

+ PIB par habitant: 550 dollars en 2012 (BM).

L'instabilité chronique du pays a attiré au fil des années les cartels de la drogue sud-américains, qui en ont fait une des plaques tournantes du trafic de cocaïne en Afrique de l'Ouest.

- FORCES ARMEES: Officiellement, elles comptent 4.458 hommes (chiffres de 2012), jusqu'à deux ou 2,5 fois plus, selon des sources non officielles. D'après International Crisis Group (ICG), une réforme du secteur de la sécurité théoriquement engagée depuis 2006 doit permettre, une fois achevée, de réduire les effectifs officiels de 1.500 hommes.

Des soldats de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) sont présents dans le pays depuis le coup d'Etat de 2012.

acm/bc/cs/de

PLUS:hp