NOUVELLES

Jim Flaherty aura droit à des funérailles nationales mercredi à Toronto

11/04/2014 02:32 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

OTTAWA - L'ancien ministre des Finances Jim Flaherty aura droit à des funérailles nationales, mercredi prochain à Toronto, a indiqué vendredi le cabinet du premier ministre.

Un tel honneur est habituellement réservé à d'actuels et d'anciens gouverneurs généraux ou premiers ministres, ou encore à des ministres toujours en fonction. Mais d'autres Canadiens émérites peuvent avoir droit à de telles funérailles nationales, à la discrétion du premier ministre. Ainsi, Jack Layton, mort du cancer alors qu'il était chef du Nouveau Parti démocratique et de l'Opposition officielle aux Communes, avait eu droit à cet honneur en août 2011.

Le premier Canadien à avoir eu droit à des funérailles nationales a été Thomas D'Arcy McGee, député fédéral montréalais — lui aussi d'origine irlandaise —, qui avait été assassiné en 1868 dans une rue d'Ottawa après une longue soirée de débats aux Communes. D'Arcy McGee était un ardent nationaliste irlandais puis canadien, en lutte contre la domination de Londres.

Des renseignements plus précis sur les funérailles de M. Flaherty seront communiqués ultérieurement, a indiqué le cabinet du premier ministre. Entretemps, un livre de condoléances pourra être signé par les citoyens d'ici lundi dans le hall d'Honneur du Parlement.

Le décès soudain de l'ancien ministre des Finances a été par ailleurs souligné sur la colline parlementaire, vendredi matin, les politiciens lui ayant offert un vibrant hommage à la Chambre des communes.

Le carillonneur du Dominion a joué des mélodies irlandaises à la tour de la Paix à midi, peu après que des députés eurent rappelé le dévouement au service public et le sens de l'humour de M. Flaherty. Plusieurs d'entre eux portaient une cravate verte, en l'honneur du vétéran politicien aux racines irlandaises.

La tour du CN, gratte-ciel emblématique de la ville de Toronto, devait être illuminée en vert vendredi soir, en mémoire de M. Flaherty, qui a aussi déjà été ministre des Finances de l'Ontario, dans le gouvernement de Mike Harris.

Des détails ont également été révélés au sujet des derniers moments de M. Flaherty.

Une source au gouvernement a indiqué que la ministre du Travail, Kellie Leitch, avait tenté une réanimation cardiopulmonaire avant l'arrivée des ambulanciers au condo du politicien de 64 ans, jeudi midi. Mme Leitch, qui est médecin, et M. Flaherty habitaient le même édifice et avaient pris un repas ensemble la veille.

Selon la source, Mme Leitch s'est rendue chez M. Flaherty le lendemain dans l'espoir de sauver la vie de son mentor. La ministre a refusé de commenter son geste lorsque les journalistes lui ont posé des questions à ce sujet, invoquant la confidentialité entre patient et médecin.

Mme Leitch a d'ailleurs rendu un émouvant hommage à l'ex-ministre des Finances à la Chambre des communes, vendredi matin, déclarant qu'il allait lui manquer pour toujours. C'est d'ailleurs grâce à lui qu'elle a fait son entrée en politique, puisqu'il a insisté pendant des mois pour la persuader à faire le saut.

«Il était persistant, a-t-elle admis. Ce n'était pas une chose que je souhaitais faire. Il m'a probablement appelée tous les jours — ou du moins tous les deux jours — pendant cinq mois.»

«Et si vous connaissez comme moi et comme plusieurs personnes ici sa détermination, vous finissez par dire oui, parce que c'est plus facile que de prendre constamment ses appels.»

Après avoir quitté ses fonctions aux Finances le mois dernier, M. Flaherty prévoyait laisser son siège au premier rang de la Chambre afin de prendre celui tout juste derrière Mme Leitch.

«Il me taquinait sans cesse depuis trois dernières semaines. Il me promettait qu'il ferait des oreilles de lapin (avec ses doigts) derrière ma tête quand je prendrais la parole en Chambre, a-t-elle raconté. Mais il ne s'est malheureusement jamais rendu là.»

Le député néo-démocrate Peter Julian, ancien porte-parole du parti en matière de finances, se rappelle avoir été assis en face de lui aux Communes. «Il était toujours affable, s'est-il souvenu. Il était toujours sympathique (...) chaque fois qu'on le rencontrait. Sauf lors de la période de question (...) où il était souvent affable, mais aussi très éloquent et très fort dans les débats.

«Faisant partie des nombreux porte-parole en matière de finances qu'il a affrontés au cours de sa carrière ici, je peux dire que nous devions tous être bien préparés lorsqu'on devait se mesurer à Jim Flaherty à la Chambre des communes.»

Le député libéral Scott Brison a pour sa part mis à l'avant-plan l'esprit de compétition de M. Flaherty. «Jim a même été compétitif lorsqu'il m'a félicité pour la naissance prochaine de nos jumeaux, a-t-il raconté. Il m'a fait un clin d'oeil et m'a rappelé qu'il avait eu des triplés.»

La chef du Parti vert, Elizabeth May, a confié qu'elle garderait avec elle le souvenir du sens de l'humour et de la compassion de l'ancien ministre.

Les activités aux Communes ont pris fin pour la pause de Pâques immédiatement après les hommages funèbres, vendredi matin.

Par ailleurs, celui qui a succédé à M. Flaherty aux Finances, Joe Oliver, a été accueilli par des voeux de condoléances de la part de ses homologues d'autres pays réunis pour une rencontre ministérielle du G20.

M. Oliver a raconté qu'à son arrivée à Washington, d'autres ministres des Finances sont allés le retrouver afin de lui exprimer leur tristesse et leur admiration pour l'ex-ministre canadien. Le nouveau ministre des Finances a affirmé que son prédécesseur était aussi admiré par ses collègues étrangers que par ses compatriotes.

Il a ajouté avoir discuté avec M. Flaherty peu après le dernier remaniement ministériel, et que son prédécesseur lui avait manifesté son appui, mais il n'a pas voulu en dire davantage parce qu'ils ont surtout discuté de sujets personnels.

PLUS:pc