NOUVELLES

Hochelaga-Maisonneuve impuissant à régler un problème de moufettes

11/04/2014 06:56 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

Des moufettes donnent des maux de tête à certains résidents d'Hochelaga-Maisonneuve. Quelques-unes de ces bêtes ont élu domicile pour l'hiver sous les balcons délabrés d'un immeuble à logements, et empestent les bâtiments voisins. Et l'arrondissement ne peut rien faire en raison de la réglementation en vigueur.

L'odeur a été perceptible tout l'hiver, mais avec le printemps, s'accentue. Le propriétaire de l'immeuble concerné n'a toujours rien fait pour réparer les balcons et éloigner les moufettes.

À l'arrondissement d'Hochelaga-Maisonneuve, la conseillère de district Laurence Lavigne-Lalonde reconnaît que la réglementation actuelle ne permet pas d'obliger le propriétaire négligent à intervenir.

« Si son balcon était en train de tomber carrément, on pourrait donner des constats d'infraction. Si c'était une question de vermine, aussi. Dans ce cas particulier, on est vraiment dans un flou. Notre seul espoir est de pouvoir reparler au propriétaire », dit Mme Lavigne-Lalonde.

Les voisins ne savent plus quoi faire. « Encore ce matin, c'est l'odeur de moufette qui m'a réveillé et qui a réveillé mes voisins », raconte Jérôme Ouellet, qui habite à deux maisons du bâtiment problématique. Puisque les moufettes ne sont pas sur leur terrain, ils n'ont pas le droit d'intervenir.

« C'est certain que faire bouillir du vinaigre, faire aérer et tout ça, ce sont des trucs qui aident, mais le problème à la base, il faut le régler de toute évidence », plaide M. Ouellet.

Rien pour aider : les moufettes sont considérées par le ministère de la Faune comme des animaux sauvages, ce qui signifie qu'elles doivent être blessées ou en danger pour pouvoir être capturées.

Avec les informations de Dominic Brassard

PLUS:rc