NOUVELLES

GB: Osborne vante la croissance obtenue malgré les mises en garde du FMI

11/04/2014 02:45 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

Le ministre britannique des Finances George Osborne a vanté vendredi les succès économiques obtenus par le Royaume-Uni en dépit des mises en garde du Fonds monétaire international (FMI) contre sa politique d'austérité.

"Notre économie a crû plus vite que n'importe quelle autre au sein du G7 l'année passée et doit faire la même chose en 2014, selon les prévisions du FMI", souligne le ministre conservateur dans un discours à Washington, dont des extraits ont été diffusés à l'avance par ses services.

"Cela en dépit des avertissements de certains", ajoute le texte qui fait allusion aux mises en garde du FMI, notamment par la voix de son économiste en chef Olivier Blanchard, sur le risque d'étouffer la croissance avec des mesures d'austérité budgétaire trop brutales.

Olivier Blanchard avait estimé en avril dernier que les mesures d'austérité du gouvernement du Premier ministre britannique David Cameron revenaient à "jouer avec le feu".

Or les dernières prévisions économiques de l'institution de Washington prévoient que l'économie britannique connaîtra une croissance de 2,9% cette année, en amélioration de 0,4 point par rapport à ses précédentes prévisions, après les 1,7% officiellement enregistrés en 2013.

C'est une bonne nouvelle pour le gouvernement de David Cameron avant des élections prévues dans près d'un an.

"Les meilleurs jours de notre nation sont devant nous", assure George Osborne.

"Tout cela démontre que la consolidation budgétaire et la reprise économique vont de pair et sape le pronostic pessimiste selon lequel seules de nouvelles mesures de stimulus budgétaire peuvent entraîner une croissance durable. C'est en fait exactement la mauvaise prescription pour nos économies", ajoute le chancelier de l'Échiquier.

"Plutôt que plus de dette et de dépenses publiques, nous avons besoin de remettre nos finances publiques en ordre, de faire des réformes structurelles et d'être à nouveau compétitifs dans le monde", conclut George Osborne, qui doit assister à la réunion de printemps du FMI et de la Banque mondiale à Washington.

jmi/pt

PLUS:hp