NOUVELLES

Exécution d'un Mexicain au Texas: Washington n'a pas respecté ses obligations (CIDH)

11/04/2014 08:00 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

La Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) a accusé vendredi les Etats-Unis de ne pas respecter leurs obligations internationales en termes de droits de l'homme, après l'exécution d'un Mexicain au Texas malgré plusieurs appels soulevant des irrégularités de procédures.

Ramiro Hernandez, 44 ans, a été exécuté mercredi dans le pénitencier de Huntsville au Texas (sud des Etats-Unis), pour le meurtre de son employeur et le viol de la femme de ce dernier.

"Le fait que les Etats-Unis ont mis fin à la vie de M. Hernandez, alors que la CIDH était en train d'examiner un recours, va à l'encontre de leurs obligations internationales en tant que membres de l'Organisation des Etats américains", souligne dans un communiqué la CIDH, basée à Washington.

Le 31 mars, cette instance autonome avait demandé aux Etats-Unis de suspendre la mise à mort du condamné mexicain dans l'attente qu'elle se prononce sur ce recours. Ramiro Hernandez a néanmoins été exécuté, malgré plusieurs appels soulevant des irrégularités de procédures ou encore l'irresponsabilité pénale du condamné.

La Cour suprême des Etats-Unis avait refusé de se saisir de l'appel de M. Hernandez qui arguait ne pas avoir été informé de ses droits consulaires au moment de son arrestation.

Cette exécution a été vivement critiquée par le gouvernement mexicain, ainsi que par l'Union européenne et le bureau de la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme.

La Convention de Vienne, ratifiée par 175 pays dont les Etats-Unis, stipule que tout ressortissant étranger doit être informé et recevoir assistance des représentants de son consulat.

La Cour internationale de La Haye avait ordonné en 2004 la révision des dossiers de 51 prisonniers mexicains, dont celui de Ramiro Hernandez pour non application de la Convention de Vienne.

rsr/sam/rap

PLUS:hp