NOUVELLES

Achat de l'hôtel Le Concorde de Québec : le groupe d'investisseurs se défend

11/04/2014 08:27 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Des représentants du groupe d'investisseurs désireux d'acheter le Concorde affirment qu'ils ne connaissent Tony Magi ni de près, ni de loin. L'homme d'affaires proche de la mafia montréalaise est soupçonné par l'administration Labeaume d'être l'un des investisseurs derrière le projet de condo-hôtel.

C'est la raison pour laquelle le maire Labeaume a décidé d'adopter en catastrophe, mardi soir, un règlement intérimaire qui bloque le processus de vente, même s'il ne s'agit que d'allégations.

L'homme d'affaires Jean-François Dumais, qui se dit démarcheur pour le groupe d'investisseurs, jure que cette information est complètement fausse. M. Dumais a confié à Radio-Canada qu'il trouvait « dégoûtant que la Ville puisse se fier à ce genre de ouï-dire. » Il met la Ville au défi de prouver ses allégations.

Me Stéphane Harvey, qui représente le groupe, nie aussi catégoriquement l'implication de Tony Magi. Il a cru à un canular lorsqu'il a été prévenu des soupçons de la Ville, jeudi. « Si ça avait été vrai, j'aurais annoncé mon désistement sans hésitation, a dit Me Harvey. Je ne sais pas d'où vient cette information-là, mais nous aimerions le savoir. On est même prêt à donner une récompense à quiconque pourrait nous dévoiler la source. »

L'avocat affirme que ses clients, qui souhaitent toujours demeurer anonymes tant que la transaction n'est pas conclue, sont victimes d'un « préjudice grave » et il ne comprend pas qu'une municipalité puisse agir  « sur une simple présomption ou suspicion. »

« Ça me fait penser dans les années 40, lorsque Duplessis avait adopté un règlement qui visait spécifiquement un restaurateur. (Frank Roncarelli). Ça avait été devant les tribunaux et déclaré invalide comme façon de procéder. Me semble qu'il faut avoir le droit de s'exprimer », a lancé l'avocat.

Les acquéreurs auraient souhaité être avertis par la Ville des soupçons qui pesaient sur l'un des investisseurs avant qu'elle tente de bloquer le projet. Le groupe va tenter vendredi de communiquer avec l'administration municipale pour obtenir des éclaircissements.

INOLTRE SU HUFFPOST

Régis Labeaume en 10 faits saillants