NOUVELLES

Un ex-membre de l'IRA accusé du meurtre des 29 victimes de l'attentat d'Omagh

10/04/2014 03:26 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

BELFAST, Royaume-Uni - Un tribunal d'Irlande du Nord a refusé, vendredi, de remettre en liberté un ancien combattant de l'Armée républicaine irlandaise (IRA) accusé du meurtre de 29 civils en lien avec l'attentat à la voiture piégée survenu à Omagh, en 1998.

Seamus Daly n'a pas dit un mot, ni enregistré de plaidoyer lors de sa brève comparution devant un tribunal de Belfast.

Un policier a indiqué que Daly a répliqué «sans commentaire», jeudi soir, quand il a été accusé de ces meurtres. Il aurait ensuite lu un communiqué niant toute implication dans cet attentat meurtrier commis par la faction dissidente «IRA véritable».

Des proches des victimes ont assisté à l'audience. Le détective John Caldwell a expliqué que les preuves contre l'accusé comprennent des témoins, de l'écoute téléphonique et des preuves médico-légales. L'avocat de l'homme de 43 ans a répliqué que ces preuves ne sont «rien de neuf et rien de frais».

Il a aussi affirmé que son client ne tenterait pas, s'il était remis en liberté, de s'enfuir vers la République d'Irlande, où les suspects de IRA vont fréquemment pour échapper à la justice britannique. Le juge a toutefois estimé qu'il risquait de disparaître et a ordonné qu'il demeure en prison, sans caution.

Daly est aussi accusé d'avoir livré une autre voiture piégée dans la ville de Lisburn, en avril 2008. L'armée britannique avait toutefois réussi à la désamorcer.

L'attentat d'Omagh est considéré comme le plus meurtrier de l'histoire du conflit nord-irlandais. Le bilan a été alourdi quand les policiers ont accidentellement dirigé la foule vers la bombe, après avoir reçu des informations contradictoires.

Daly a été arrêté lundi à Newry, une ville d'Irlande du Nord située près de la frontière de l'Irlande. Il est le premier suspect à être traduit en justice pour l'attentat d'Omagh.

La plupart des victimes étaient des enfants et des femmes, dont une mère enceinte de huit mois qui attendait des jumeaux.

Daly a brièvement séjourné en prison en 2009 après avoir été reconnu coupable d'appartenir à l'IRA.

Un tribunal civil l'a aussi décrété légalement responsable de l'attentat et lui a ordonné de verser des dommages-intérêts, ce qu'il a refusé de faire.

PLUS:pc