NOUVELLES

Mexique/Affaire Versini : "La France n'abandonne personne" (Hollande)

10/04/2014 04:54 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

Le président François Hollande a souligné jeudi devant la communauté française de Mexico, à propos des "drames conjugaux", que "la France n'abandonne personne", dans une claire allusion à l'affaire Maude Versini, dont les trois enfants sont retenus par leur père au Mexique.

"Il peut y avoir des ressortissants français qui, à la suite de séparations, de drames conjugaux, peuvent être séparés. Sachez bien que la France sera toujours à vos côtés, qu'elle n'abandonne personne, aucun ressortissant".

Le président français, en visite d'Etat au Mexique depuis jeudi matin, répondait ainsi indirectement à son ex-compagne Valérie Trierweiler qui l'avait appelé dans un tweet à aider Maude Versini à récupérer ses enfants.

Sofia et Adrian, des jumeaux âgés aujourd'hui de 9 ans, et Alexi, 8 ans, les enfants de Maude Versini et de son ex-mari, Arturo Montiel, sont retenus par leur père au Mexique depuis plus de deux ans.

M. Montiel est un proche du président mexicain Enrique Peña Nieto, auquel il est apparenté et dont il a été le mentor politique au début de sa carrière.

"La situation est très difficile sur le plan humain. Chacun comprend les problèmes lourds que cela pose pour une mère d'être séparée de ses enfants", avait auparavant déclaré devant la presse le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui accompagne le président Hollande.

"En même temps c'est une situation très délicate qui est dans les mains de la justice mexicaine", a souligné M. Fabius. "Nous faisons confiance à la justice mexicaine mais en même temps nous souhaitons évidemment qu'une solution humaine soit trouvée", a dit M. Fabius.

Arturo Montiel, 70 ans, a été un responsable de premier plan du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, au pouvoir). Il a été gouverneur de l'Etat de Mexico de 1999 à 2005, poste qu'a ensuite occupé M. Peña Nieto de 2005 à 2011.

Maude Versini avait épousé Arturo Montiel, de 30 ans plus âgé qu'elle, en 2002 puis a divorcé en 2007. Le jugement de divorce, pris par un tribunal mexicain en 2007, avait confié la garde des enfants à la mère.

Le 17 décembre 2011, les enfants étaient venus au Mexique voir leur père qui les y retient depuis. Arturo Montiel justifie son refus de rendre ses enfants à leur mère en arguant que ceux-ci refusent de retourner vivre avec elle en France et qu'ils ont été l'objet de mauvais traitements.

Plusieurs recours, jugements et appels sont intervenus au Mexique depuis cette date, la plupart défavorables à la Française. Celle-ci a interjeté un nouvel appel devant un tribunal fédéral. En cas de nouvel échec, elle envisage de s'adresser à la Cour suprême du Mexique.

swi/jcb/hdz/mr

PLUS:hp