NOUVELLES

La Ligue américaine l'emporte

10/04/2014 08:15 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

Les Islanders de New York sont arrivés à Montréal avec une équipe digne d'un camp d'entraînement. Heureux hasard, le Canadien affichait sa forme du mois de septembre.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

Armés de 11 recrues, les Islanders (32-37-11) n'ont montré aucun complexe et l'ont emporté 2-0 sur le Canadien (45-28-8), jeudi, à Montréal.

« On n'a pas joué un bon match, a statué l'entraîneur-chef du Canadien, Michel Therrien. Je suis très déçu, on n'a pas patiné. Aucun aspect n'était bon, que ce soit à 5 contre 5 ou les unités spéciales. Le seul point positif que je retiens, c'est la performance de Carey Price. »

Avec ces deux points jetés à l'eau, le Tricolore se complique la vie pour la quête de l'avantage de la patinoire au premier tour contre le Lightning de Tampa Bay. La formation floridienne a défait les Flyers de Philadelphie pour s'approcher à un point du CH, avec un match de plus à disputer.

Le triomphe de la jeunesse

Avec les blessures à John Tavares, Kyle Okposo et Cal Clutterbuck, de même que les transactions conclues en fin de saison, les Islanders présentaient une formation à donner des maux de tête à Gerry Rochon lui-même. Kevin Czuczman, John Persson et Scott Mayfield étaient au nombre des 11 joueurs de première année que le public montréalais a découverts.

Mais une de ces recrues ressort du lot. Le prometteur Ryan Strome, cinquième joueur repêché au total en 2011, a ouvert la marque d'un boulet de la ligne bleue. La reprise vidéo a été nécessaire, car la rondelle a frappé deux poteaux et est vite ressortie du filet, mais elle avait bel et bien traversé la ligne rouge.

Une autre recrue, Brock Nelson, a ajouté le proverbial but qui fait mal 20 secondes avant le deuxième entracte, sur un tir qui a semblé surprendre Price. Ce dernier avait toutefois réussi plusieurs arrêts difficiles plus tôt dans la période, et ses coéquipiers ne l'ont pas oublié.

« Il a été notre joueur le plus constant, notre meilleur joueur cette saison, a jugé Daniel Brière. On a parfois l'impression de le laisser tomber. »

En panne

Pendant que la jeunesse donnait cette victoire aux insulaires, un vétéran de 38 ans assurait les arrières. Evgeni Nabokov a repoussé 19 tirs pour signer le 59e jeu blanc de sa carrière, sans doute un des plus aisés.

« Je me sens jeune, j'aime ça!, a lancé Nabokov, au sujet de la présence de jeunes loups devant lui. Tu essaies de ne pas trop penser, de faire confiance aux joueurs, car une fois sur la glace, tu ne dois pas penser au travail de l'autre, tu dois faire le tien. Mais ils ont été bons jusqu'ici. »

Si le CH a montré des dents en première période, il s'est montré nettement moins incisif par la suite. Les Montréalais ont notamment été incapables de profiter d'un avantage numérique de 4 contre 3 en deuxième période, si bien que la séquence de matchs sans but en supériorité numérique a été portée à sept.

« C'est frustrant dernièrement, a dit Brière. Notre 4 contre 3, on aurait voulu avoir plus de chances. On va continuer à travailler là-dessus. Tampa Bay a un bon désavantage numérique, on sait que ce sera un enjeu crucial en séries. »

C'était assez pour faire perdre patience, en troisième période, aux quelque 20 000 braves qui ont assisté à la rencontre. Il a fallu attendre la huitième minute de l'engagement avant de voir un premier tir du CH, signé Thomas Vanek... depuis la zone neutre. Les applaudissements sarcastiques ont suivi.

« Toute la journée, les entraîneurs nous ont dit qu'on affrontait une très bonne équipe de jeunes qui n'ont rien à perdre, qui travaillent comme des malades toute la soirée, a assuré Brière. On savait que c'était ce qu'on affronterait. Des fois, c'est juste un mauvais match, rien ne fonctionne. J'espère que c'était juste ça et qu'on l'a sorti du système. »

Le Canadien aura l'occasion de donner raison à Brière samedi, quand l'équipe conclura sa saison avec la visite des Rangers de New York.

À noter

PLUS:rc