NOUVELLES

La dette de l'Ukraine menace les réserves de gaz de l'Europe, prévient Poutine

10/04/2014 10:26 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

MOSCOU - Vladimir Poutine a prévenu l'Europe, jeudi, qu'elle devrait aider l'Ukraine à régler l'énorme dette que le pays a contractée envers la Russie pour obtenir du gaz naturel sous peine de devoir elle-même se priver du combustible.

Publiée par le Kremlin, la lettre du président russe adressée à 18 des 28 membres de l'Union européenne (UE) vise à diviser l'organisation et à permettre à la Russie de s'approprier les milliards de dollars que la communauté internationale prévoit verser à l'Ukraine.

Cette missive fait partie de la stratégie de Moscou pour conserver le contrôle de l'ancienne république soviétique aux prises avec une grave crise financière et un soulèvement séparatiste.

Le message de M. Poutine est clair: l'UE a tenté de soustraire l'Ukraine à l'influence de la Russie pour mieux l'attirer dans son giron, alors elle doit maintenant acquitter la facture de Kiev pour le gaz naturel russe ou risquer de voir l'économie ukrainienne s'effondrer et son propre approvisionnement en gaz être interrompu.

Cet avertissement survient alors que les États-Unis, l'UE, la Russie et l'Ukraine s'apprêtent à se réunir pour la première fois afin de discuter de la crise ukrainienne.

Par ailleurs, des centaines de manifestants prorusses, dont certains étaient armés, occupaient toujours, jeudi, des édifices gouvernementaux à Donetsk et à Luhansk alors que les autorités cherchaient une solution pacifique au problème.

Le président intérimaire de l'Ukraine, Olexandre Tourtchinov, a promis que les protestataires ne seraient pas traduits en justice s'ils acceptaient de quitter les lieux, mais les leaders du mouvement ont rejeté cette offre.

Pendant ce temps, des troupes américaines et roumaines ont amorcé une semaine d'exercices militaires conjoints dans le nord-ouest de la Roumanie.

Le montant que Vladimir Poutine réclame à l'Ukraine a considérablement augmenté au cours des dernières semaines et sa lettre laisse présager une nouvelle dispute entre Moscou et Kiev au sujet du gaz naturel russe, ce qui pourrait avoir un impact sur l'ensemble de l'Europe.

En 2009, la Russie avait fermé les robinets au plus fort de l'hiver, condamnant de nombreuses villes de l'Europe de l'Est à geler alors que le gaz russe avait cessé de transiter par les pipelines ukrainiens jusqu'aux autres pays.

Dans sa missive, M. Poutine soutient que Kiev doit 17 milliards $ à Moscou en raison de la fin des réductions accordées par la Russie à l'Ukraine sur son gaz naturel et un autre 18,4 milliards $ en vertu de la clause d'achat ferme prévue par leur contrat conclu en 2009.

Il ajoute qu'en plus de ces 35,4 milliards $, Moscou détient aussi 3 milliards $ en obligations d'État du gouvernement ukrainien. La somme totale est beaucoup plus élevée que le plan de sauvetage de 14 à 18 milliards $ que le Fonds monétaire international songe à accorder à l'Ukraine.

Le président russe indique également que la dette de Kiev force Moscou à exiger une avance pour les futures livraisons de gaz. Faute de quoi, Gazprom, une société d'État russe, interrompra partiellement ou complètement le service.

La lettre a été écrite à l'intention des dirigeants de 18 pays européens, dont la Serbie et la Bulgarie, qui obtiennent toutes les deux environ 90 pour cent de leur gaz naturel auprès de la Russie.

Vladimir Poutine a resserré l'étau économique sur le gouvernement ukrainien intérimaire depuis son arrivée au pouvoir en février à la suite du renversement du président prorusse Viktor Ianoukovitch au terme de plusieurs semaines de manifestations.

PLUS:pc