NOUVELLES

Des sénateurs démocrates pressent Obama de trancher sur Keystone

10/04/2014 11:14 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

Onze sénateurs démocrates ont demandé jeudi au président Barack Obama de prendre d'ici au 31 mai une décision définitive sur le projet d'oléoduc Keystone XL, très contesté par les écologistes en vertu de la lutte contre le réchauffement climatique et de la protection de l'environnement.

Développé par TransCanada, Keystone XL, dont les partisans mettent en avant la sécurité énergétique et les créations d'emplois, doit relier sur près de 1900 kilomètres les gisements canadiens de sables bitumineux de l'Alberta aux raffineries américaines installées sur le golfe du Mexique.

« Nous jugeons nécessaire qu'un calendrier définitif soit fixé, un calendrier qui réduise la période des commentaires émanant d'agences fédérales, de représentants et d'autres entités », écrivent les 11 sénateurs dans une lettre adressée à Obama.

Plusieurs sénateurs signataires de cet appel se préparent à des élections compliquées en novembre prochain, dont la présidente de la commission sénatoriale de l'Énergie, Mary Landrieu, sénatrice de Louisiane, un État dont l'économie dépend grandement de l'industrie pétrolière.

Estimé à 5,4 milliards de dollars, le projet Keystone XL a franchi une étape importante début février, le département américain d'État estimant qu'il n'aurait pas d'impact majeur sur le changement climatique.

Mais la Maison-Blanche a fait savoir que le président américain ne se prononcerait pas avant que les experts de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), du ministère de l'Énergie et d'autres agences concernées n'aient rendu leur verdict et publié leurs propres analyses.

La question a été évoquée quelques jours plus tard lors du sommet entre Obama, son homologue mexicain Enrique Pena Nieto et le premier ministre canadien Stephen Harper.

À en croire les sondages, l'opinion américaine est majoritairement favorable au projet Keystone, qui pourrait devenir un des enjeux des élections de mi-mandat, en novembre prochain, lorsque les électeurs renouvelleront la Chambre des représentants et une partie du Sénat.

PLUS:rc