NOUVELLES

Nouveaux incidents entre armée et colons en Cisjordanie (police)

09/04/2014 08:17 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

Des colons juifs extrémistes ont à nouveau attaqué des soldats israéliens dans la nuit de mardi à mercredi à Yitzhar, une implantation du nord de la Cisjordanie, a indiqué la police.

"Les garde-frontières et les soldats ont été attaqués par des jets de pierre pendant leurs patrouilles de nuit. Le calme est revenu mais les forces de l'ordre sont déployées en nombre à Yitzhar", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

Selon des témoins, les soldats n'ont pas réagi à l'attaque des colons, se disant impuissants à intervenir face à des personnes qu'ils sont censés habituellement protéger.

Une réunion du cabinet de sécurité israélien est prévue mercredi après-midi pour discuter de la réponse à apporter aux violences de ces colons, selon la radio publique.

Dans la nuit de lundi à mardi, des heurts entre soldats israéliens et colons juifs avaient fait huit blessés, six du côté des forces de l'ordre et deux du côté des colons, lors du démantèlement de constructions non autorisées dans la colonie de Yitzhar.

Mardi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait appelé à "une réponse forte à l'encontre des hors-la-loi qui perpètrent des actes de hooliganisme".

"Celui qui s'en prend à un soldat ou à un policier est tout simplement un terroriste", a déclaré mercredi le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch à la radio, promettant "des vagues d'arrestations" pour bientôt.

Selon les médias, l'armée israélienne réclame des consignes des autorités pour réagir face à ces débordements.

"L'armée craint que la violence d'éléments d'extrême droite ne montent d'un cran contre les forces de sécurité et exigent des consignes face aux agressions de terroristes juifs", a déclaré une source sécuritaire citée par la radio.

Sous l'appellation du "Prix à payer", des colons extrémistes ainsi que des activistes d'extrême droite se livrent à des agressions contre des Palestiniens, des Arabes israéliens ou encore l'armée israélienne, en réaction à des décisions gouvernementales qu'ils jugent hostiles à leurs intérêts ou à des actes attribués à des Palestiniens.

Les auteurs de ces actes sont en général des jeunes nationalistes-religieux vivant dans des implantations créées sans l'aval des autorités israéliennes.

Quelque 375.000 colons juifs vivent dans les implantations de Cisjordanie, considérées comme illégales par la communauté internationale, qu'elles aient été ou non autorisées par le gouvernement israélien.

dar/agr/vl

PLUS:hp