NOUVELLES

L'Otan dément projeter de déployer des troupes près des frontières russes

09/04/2014 12:38 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

L'Otan a "totalement démenti" mercredi les affirmations du vice-ministre russe de la Défense selon lesquelles l'Alliance atlantique prévoyait de déployer d'importantes forces près de la frontière de la Russie.

"Je démens totalement les affirmations du ministre adjoint de la Défense Antonov selon lesquelles l'Otan prévoit de déployer d'importantes forces militaires près de la frontière de la Russie", a déclaré le secrétaire général adjoint de l'Otan, Alexandre Vershbow, dans un message sur son compte Twitter.

Il réagissait à des propos d'Anatoli Antonov tenus mercredi au cours d'une conférence à Moscou et cités par les médias russes.

"La Russie a pris note des plans de certains membres de l'Alliance de déployer d'importants contingents sur leur territoire à proximité de nos frontières", a déclaré M. Antonov selon l'agence Interfax.

Pour M. Vershbow, "la responsabilité centrale de l'Otan est la défense collective. Nous prenons des décisions légitimes pour faire face à l'instabilité créée par les actes illégaux de la Russie".

Pour rassurer les pays d'Europe de l'Est membres de l'Otan, en particulier les Etats baltes, la Pologne et la Roumanie, l'Alliance atlantique a décidé le déploiement temporaire d'avions-radars Awacs.

Les Etats-Unis ont déjà déployé six chasseurs-bombardiers F-15 en renfort dans les pays Baltes, 12 F-16 et trois avions de transport en Pologne. Un destroyer lance-missiles, l'USS Donald-Cook doit par ailleurs arriver en mer Noire dans les jours à venir.

D'autres pays européens, dont la France et le Royaume-Uni, se sont déclarés prêts à envoyer des appareils dans ces pays si l'Otan le demandait dans les prochaines semaines.

"Si la Russie intervenait davantage en Ukraine, ce serait une erreur historique", a averti mardi le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen à Paris.

L'Otan a annoncé une suspension de larges pans de sa coopération pratique avec la Russie. Dans ce cadre, les officiels russes ne sont plus admis depuis le début de la semaine au siège de l'organisation à Bruxelles, à l'exception de l'ambassadeur russe, de son adjoint et de deux membres de son équipe.

jri/cel/cgu/jls

PLUS:hp