NOUVELLES

Les Blancs occupent toujours les postes de direction en Afrique du Sud (rapport)

09/04/2014 12:56 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

Les Blancs occupent toujours 62,7% des postes de direction en Afrique du Sud, contre seulement 19,8% pour les Noirs, vingt ans après la fin de l'apartheid, selon un rapport gouvernemental publié mercredi.

Ils monopolisent même 69,6% des postes de direction dans le secteur privé, là où les Noirs n'en ont que 10,3%, selon ce rapport qui ne prend pas en considération la couleur de peau des étrangers (ceux-ci occupant 4,4% des postes de direction dans le privé et 4,1% en général).

Les Blancs ne représentent que 10,8% de la population active sud-africaine, contre 75,2% pour les Noirs.

La politique de discrimination positive mise en place par le gouvernement sud-africain commence toutefois à porter ses fruits, avec 69,3% de Noirs à des postes de direction dans l'administration et 49,4% dans les entreprises publiques (contre 15,3% et 29,9% respectivement pour les Blancs).

Les Métis --surtout présents dans l'ouest du pays-- qui forment 10,6% de la population active, occupent 5,1% des postes de direction dans l'ensemble du pays (4,7% dans le privé). Quant aux Indiens, ils occupent 8,4% des fonctions diretoriales (même proportion dans le privé), un chiffre en constante augmentation, alors qu'ils ne représentent que 3,1% de la population active.

Toutes origines confondues, 79,4% des postes de direction sont occupés par des hommes (81,4% dans le privé).

Le tableau est un peu moins contrasté pour les cadres, même si les Blancs --et dans une moindre mesure les Indiens-- sont encore largement surreprésentés: 57% de Blancs, 23,1% de Noirs, 10% d'Indiens et 7% de Métis, ainsi que 3% d'étrangers.

"La majorité des lieux de travail sont encore blanc comme neige au sommet, avec des hommes souvent surreprésentés et quelques poches de Noir et de femmes chez les cadres", a regretté la ministre du Travail Mildred Oliphant, sans mentionner le fait que les Blancs ont eu depuis des décennies un meilleur accès aux études supérieures.

"Bien que le secteur public ait réussi à se transformer, de nombreux employeurs du secteur privé sont encore défaillants en termes de mise en oeuvre de l'équité en emploi. C'est +business as usual+ pour de nombreux employeurs", a-t-elle ajouté.

Alors que les prochaines élections auront lieu le 7 mai, le gouvernement a annoncé un durcissement la législation afin que les bureaux sud-africains ressemblent davantage à la composition de la population. Son projet inquiète notamment les Métis majoritaires au Cap (sud-ouest) et les Indiens très nombreux dans la région de Durban (est), car il doit prendre en considération les données démographiques nationales et non régionales.

liu/cpb/jmc

PLUS:hp