NOUVELLES

Le pétrole ouvre près de l'équilibre à New York en attendant les stocks

09/04/2014 09:38 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole coté à New York ont débuté la séance près de l'équilibre mercredi, hésitant entre la montée de risques géopolitiques et la perspective d'une forte hausse des stocks de brut aux Etats-Unis.

Vers 13H15 GMT, le baril de référence (WTI) pour livraison en mai cédait 2 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) et s'échangeait à 102,54 dollars.

Le marché attend d'une part la diffusion des chiffres hebdomadaires sur le niveau des stocks pétroliers américains pour la semaine terminée le 4 avril. Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones, les réserves de brut devraient avoir progressé de 1 million de barils tandis que celles d'essence et de produits distillés auraient respectivement reculé de 700.000 et 100.000 barils.

Mais pour la fédération professionnelle API, qui a diffusé ses propres chiffres mardi soir, les réserves de brut devraient avoir augmenté de 7,1 millions de barils.

Une hausse de ces stocks est généralement mal reçue par le marché, qui y voit un mauvais signe sur la vigueur de la demande énergétique aux États-Unis, premier consommateur mondial de brut.

Ces derniers temps le marché s'est toutefois plutôt focalisé sur l'évolution des stocks au terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, sud des États-Unis), qui servent de référence au WTI et avaient atteint l'année dernière des niveaux records.

Fin mars, ces stocks ont chuté à 27,25 millions de barils, au plus bas depuis fin 2009.

Les investisseurs intégraient par ailleurs au cours du baril une certaine prime de risques géopolitiques.

En Libye, l'armée a en effet annoncé avoir pris le contrôle du port d'Al-Hariga, conformément à l'accord conclu avec les autonomistes qui bloquent les principaux terminaux pétroliers de l'est du pays depuis près de neuf mois.

Mais les deux parties ont aussi décidé de s'accorder un délai de deux à quatre semaines pour trouver un accord final permettant la levée du blocage des deux autres ports de Ras Lanouf et al-Sedra.

"Cela aide à maintenir les prix du complexe pétrolier dans l'attente du rapport sur les stocks de brut", remarquait Matt Smith de Schneider Electric.

En Ukraine, un espoir diplomatique est apparu mercredi avec l'annonce de discussions la semaine prochaine, mais pro-russes et loyalistes se font toujours face dans l'est russophone du pays, sous la menace de milliers de soldats russes massés à la frontière.

Autre facteur de nature à soutenir les prix du baril de WTI: l'Agence américaine d'information sur l'Energie a estimé la production de brut aux Etats-Unis cette année à 8,37 million de barils par jour.

"Ce niveau est au plus haut depuis 40 ans mais c'est moins qu'une précédente estimation", notait Phil Flynn de Price Futures Group.

jum/sl/bdx

PLUS:hp