NOUVELLES

France: Fleur Pellerin nommée secrétaire d'Etat au Commerce extérieur

09/04/2014 11:11 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

L'ex-ministre française en charge de l'économie numérique, Fleur Pellerin, 40 ans, a été nommée mercredi secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, au Tourisme et aux Français de l'étranger au sein du nouveau gouvernement de Manuel Valls, rattachée au ministère des Affaires étrangères.

Le rattachement controversé du Commerce extérieur et du Tourisme au ministère des Affaires étrangères, une première depuis 1958, vise à créer en France un grand pôle international censé booster le dynamisme économique français en panne de compétitivité.

Dans ses anciennes fonctions, Fleur Pellerin avait su se faire adouber par les patrons français du secteur. Appréciée pour son niveau de compréhension d'un secteur complexe, décrite comme "accessible", "à l'écoute", elle a su séduire en prenant des initiatives comme les assises de entrepreneuriat ou le label French Tech, visant à valoriser entrepreneuriat français.

Fleur Pellerin, née à Séoul en août 1973, est pourtant une technocrate "pur produit" de l'école républicaine.

Haut fonctionnaire à la Cour des comptes - l'institution chargée du contrôle des comptes publics - cette jeune femme brune, fine, symbole de la génération féminine montante, est l'une des rares membres du gouvernement à être issue de la société civile et non de l'appareil du Parti socialiste.

Adoptée à l'âge de six mois, devenant fille d'un père entrepreneur et d'une mère femme au foyer, son parcours scolaire est brillant: baccalauréat franco-allemand à 16 ans, grande école commerciale à 17, suivie de l'Institut de Sciences Politiques puis de l'Ecole nationale d'administration, pépinière de l'élite politique française.

Celle qui ne se "perçoit pas comme asiatique", comme elle l'a expliqué un jour à l'AFP, se défend de représenter les labels "femme", "jeune", "diversité"... mais reconnaît que "cocher" toutes ces cases donne plus de "chances de faire partie de l'équipe" gouvernementale.

Peu connue du public en France avant son accession au gouvernement en mai 2012, elle était déjà une star en Asie: au QG de campagne du candidat François Hollande, elle répondait déjà aux nombreuses demandes d'interview des chaînes asiatiques.

En Corée, "il y a une sorte de culpabilité collective d'avoir fait partir des enfants à l'adoption dans les années 1970. Maintenant, ils essaient de renouer le lien et de voir ce que sont devenus ces enfants", expliquait-elle.

Sur son passeport, est encore inscrit son prénom initial, Jong-Sook, qui ne veut pas dire "femme parfaite" comme elle l'a longtemps cru. "C'est un prénom un peu démodé qu'on peut traduire par "claire, transparente".

A ses heures perdues, Mme Pellerin aime peindre, cuisiner, jouer du piano - "du classique" - et chanter sur des karaoké. Mariée à un haut fonctionnaire, elle a une fille de 10 ans issue d'un premier mariage.

kp-aml/nou/prh/thm

PLUS:hp