NOUVELLES

Faire cloner son chien? Une Britannique l'a fait (PHOTOS)

09/04/2014 11:38 EDT | Actualisé 09/04/2014 11:38 EDT
Channel 4

C'est un dachshund, elle s'appelle Winnie, elle a 12 ans... et elle vient de se faire cloner. À l'origine de cette démarche, la maîtresse de Winnie, Rebecca, 29 ans. Comme de nombreuses britanniques, la jeune femme appréhendait la mort de son animal de compagnie. "Mon petit copain avait l'habitude de dire pour blaguer qu'on devrait la faire cloner".

Rebecca entend parler d'un concours télévisé, et décide de participer. Le prix? Les 60 000 livres qu'il en coûte pour faire cloner son chien. "Nous avons envoyé quelques vidéos et à partir de là ça a fait boule de neige", raconte-t-elle au Mirror. De Londres, la jeune femme a alors pris l'avion avec Winnie jusqu'en Corée du Sud, pays où "mini Winnie" naquit le 30 mars 2014.

L'entreprise de biotechnologies Sooam Biotech aurait déjà cloné près de 500 chiens, mais Winnie serait le premier chien britannique répliqué par ses soins. Depuis, l'entreprise qui a cloné Winnie et donné naissance à "mini Winnie" espère que des milliers de britanniques imiteront Rebecca.

chien clon

Les Britanniques pourront découvrir l'histoire de ce clonage lors d'une émission diffusée sur Channel 4 ce mercredi 9 avril. Après avoir appris la bonne nouvelle, des chercheurs ont extrait un échantillon de peau de Winnie. Conservé dans du nitrogène liquide, celui-ci fut transporté en Corée du Sud, où les cellules du canin ont été utilisées pour féconder les ovules d'un animal de la même race. Une décharge électrique a dès lors permis de créer l'embryon de mini Winnie.

Winnie et mini Winnie auront-elles la même personnalité?

La chienne naquit par césarienne. Réaction de Rebecca: "Je l'ai vue naître et elle ressemble comme deux gouttes d'eau à Winnie." Mais pas question pour l'instant de ramener mini Winnie à la maison, le chiot reste sous observation en Corée du sud. D'ici là, le laboratoire enverra vidéos et photos du chiot à Rebecca et la vraie Winnie, histoire de les faire patienter.

La grande question: Winnie et mini Winnie auront-elles la même personnalité? Ce n'est pas ce que pense Sir Ian Wimut, l'homme qui avait cloné le mouton Dolly, en 1996. "Les propriétaires seront déçus. La personnalité d'un chien est en grande partie le produit de la manière dont il est traité. Si vous dépensez 60 000 livres pour avoir un chien cloné, vous allez le traiter différemment. Donc je suis assez sceptique."

Toujours en Angleterre, Elaine Pendlebury, un chirurgien vétérinaire de l'association PDSA a déclaré d'une britannique manière que le clonage n'était pas une manière appropriée de faire face à la mort d'un animal de compagnie. "Nous comprenons que perdre un animal de compagnie aimé est difficile, et il est important pour les propriétaires de dépasser le deuil à l'aide du temps."

Ils ont fait cloner leur chien

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?