NOUVELLES

Victoire libérale : le patronat satisfait, les syndicats inquiets

08/04/2014 08:36 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

L'arrivée d'un gouvernement libéral majoritaire à Québec provoque des réactions partagées dans le monde du travail.

Si le Conseil du patronat salue le retour des libéraux, les centrales syndicales, elles, se montrent prudentes face au nouveau régime.

Au lendemain de l'élection d'une majorité libérale forte à l'Assemblée nationale, le Conseil du patronat se dit satisfait du retour des libéraux, mais précise que des décisions « courageuses » devront être prises, notamment de réduire davantage les dépenses publiques afin d'équilibrer les finances de la province.

Les syndicats inquiets

À la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), on accueille ce gouvernement libéral majoritaire avec inquiétude et on promet de surveiller de près les libéraux qui n'ont pas abordé, selon la CSQ, « les vraies affaires » au cours de la campagne.

« La CSQ déplore que la campagne électorale se soit déroulée sans réelle discussion sur des enjeux importants comme l'éducation, la pauvreté, l'environnement et la culture. Aucun véritable projet de société n'a été soumis à la population du Québec », a déclaré Louise Chabot, présidente de la CSQ.

Pour la CSQ, des actions concrètes s'imposent pour améliorer l'éducation, la santé et les services sociaux ainsi que les services à la petite enfance.

La centrale syndicale questionne aussi le mode de scrutin qui a permis aux libéraux de récolter 57 % des sièges à l'Assemblée nationale avec 41 % des votes.

À la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), on affirme prendre acte des résultats de l'élection malgré « le climat malsain dans lequel s'est déroulée la campagne électorale ».

Dans un communiqué, la FTQ invite par conséquent tous les parlementaires à mettre de côté leurs différends et à travailler ensemble pour « améliorer le modèle québécois ».

L'UMQ réclame reconnaissance et investissement au prochain gouvernement

À l'Union des municipalités du Québec (UMQ), qui réclame de nouvelles sources de revenus pour les municipalités, on appelle le prochain gouvernement de Philippe Couillard à respecter les engagements pris par le gouvernement précédent.

L'UMQ lui demande aussi de reconnaître les municipalités comme gouvernements de proximité, d'adopter une charte des municipalités et de permettre une réelle diversification des revenus municipaux.

L'UMQ demande aussi des réinvestissements dans les infrastructures municipales et une loi sur les régimes de pension des employés municipaux.

L'éducation évacuée de la campagne déplore la FEUQ

Dans les rangs étudiants, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) déplore que l'éducation supérieure ait été « à toute fin pratique absente de la campagne électorale ».

Lundi soir, le président de la FEUQ, Tierry Morel-Laforce, a affirmé que des « consensus' étaient ressortis des consultations menées par le gouvernement du Parti québécois ». Il espère que le nouveau gouvernement libéral saura en tenir compte.

PLUS:rc