NOUVELLES

Venezuela : Maduro et l'opposition entament les négociations

08/04/2014 11:39 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

Le gouvernement du président vénézuélien et la principale formation de l'opposition ont décidé d'entamer mardi des discussions officielles pour trouver une issue aux troubles politiques qui secouent le pays, les plus violents depuis une décennie.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, 51 ans, a dirigé la délégation du gouvernement aux discussions préliminaires de mardi, premier face-à-face avec la coalition d'opposition Unité démocratique (MUD) depuis le début des troubles.

Des représentants du Vatican et de l'Union des nations sud-américaines (Unasur) ont été invités à jouer les bons offices.

Les affrontements entre forces de sécurité et militants progouvernementaux d'un côté et manifestants de l'autre ont fait 39 morts depuis la mi-février, selon les chiffres officiels.

Décidés à y mettre un terme, les ministres des Affaires étrangères de l'Unasur étaient présents à Caracas mardi pour organiser la rencontre.

« Nous adressons un bon signal à notre pays en nous asseyant pour discuter et résoudre nos différends », a déclaré le vice-président Jorge Arreaza à l'issue de la réunion qui s'est tenue au ministère des Affaires étrangères.

« Nous n'essayons pas de convaincre l'opposition de devenir « chaviste » comme elle n'essaie pas de nous convaincre d'abandonner la voie de la révolution et du socialisme », a-t-il ajouté.

Optimisme prudent

Les discussions commenceront officiellement mercredi, la criminalité et les problèmes économiques figurant en haut du programme, a précisé le vice-président.

Le dirigeant du MUD, Ramon Guillermo Aveledo, a indiqué que l'opposition ferait en sorte que les étudiants, qui ont été à l'origine du mouvement de contestation, ne soient pas oubliés dans les négociations. Plusieurs dizaines d'entre eux sont toujours en détention. Selon certaines informations, il pourrait y avoir eu des cas de tortures.

« Nous nous sommes mis d'accord sur la présence d'une tierce partie qui nous aidera dans cette voie difficile », a déclaré Guillermo Aveledo, faisant allusion à la probable participation d'un représentant de l'Eglise catholique.

Membre de la frange dure de l'opposition, Maria Corina Machado, a rejeté les négociations par avance.

« Il ne peut y avoir de dialogue quand des étudiants, des maires et (le dirigeant d'opposition) Leopoldo Lopez sont prisonniers et que la répression continue », a-t-elle déclaré via Twitter.

Bien qu'il n'y ait pas eu de nouvelle victimes depuis plusieurs jours, les affrontements se poursuivent dans les rues de Caracas ainsi que dans certaines villes comme San Cristobal, dans l'ouest du pays.

PLUS:rc