NOUVELLES

Rwanda: la presse belge s'interroge sur l'attitude de la France

08/04/2014 06:28 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

Les médias belges ont souligné mardi l'embarras de la France à l'occasion des cérémonies du 20e anniversaire du génocide rwandais et ont estimé que la Belgique avait mieux réussi à assumer ses responsabilités d'ancienne puissance coloniale.

"Accusée de collaboration, la France se cabre", titre le quotidien L'Echo, en relatant la "vive tension" entre Kigali et Paris au lendemain des cérémonies dans la capitale du Rwanda. Alors que "la France est en émoi", la Belgique a fait "profil bas", ajoute le journal.

Critiquée ces derniers jours par le président rwandais Paul Kagame pour ses responsabilités dans le génocide, la Belgique n'a pas été directement mise en cause au cours de la cérémonie officielle, a fait remarquer son ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, présent à Kigali.

Il a indiqué au quotidien Le Soir avoir "rappelé" à M. Kagame que, "en Belgique, nous avons fait un travail sur les erreurs de la colonisation et celles de la période autour du génocide, un travail que d'autres (les Français, NDLR) n'ont pas fait".

Dans son discours lors des commémorations, auxquelles l'ambassadeur de France n'a pas été autorisé à assister, M. Kagame a fait porter une partie des responsabilités du génocide de 1994 à la colonisation européenne, la Belgique ayant administré l'ex-colonie allemande de 1919 à 1962, date de son indépendance. "C'est quelque chose que nous avons débattu cent fois" en Belgique, a souligné M. Reynders. "Vis-à-vis de la France, c'est plus conflictuel", selon lui.

Le ministre a rappelé qu'une commission d'enquête sénatoriale avait conclu dès 1997 à l'existence de responsabilités politiques et militaires belges. Les sénateurs avaient "eu accès à tous les documents de la défense nationale" et "du ministère des Affaires étrangères", a indiqué l'ex-sénateur belge Alain Destexhe au site Atlantico.fr, en qualifiant en revanche de "très incomplets" les travaux de la mission d'information des députés français.

En 2000, le Premier ministre Guy Verhofstadt avait ensuite exprimé les excuses à Kigali. "Au nom de mon peuple, je vous demande pardon pour vous avoir abandonnés", avait-il déclaré dans le stade de la capitale, ouvrant la voie à une amélioration des relations entre les deux pays.

Les autorités belges ont rendu hommage lundi à Bruxelles et mardi à Kigali aux 22 ressortissants tués en 1994 au Rwanda, dont dix Casques bleus.

Environ 1.500 personnes, dont des rescapés du génocide, ont par ailleurs participé à une marche aux flambeaux lundi soir à Bruxelles pour "ne pas oublier", selon l'agence Belga.

jri/may/hba

PLUS:hp