NOUVELLES

Nicosie inaugure une usine de traitement des eaux pour le Nord et le Sud

08/04/2014 09:53 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

Les maires des deux parties de Nicosie ont inauguré mardi une usine destinée à traiter les eaux usées du Nord et du Sud de la dernière capitale divisée d'Europe, dans un rare exemple de coopération entre Chypriotes-grecs et Chypriotes-turcs.

Cette station d'épuration capable de traiter jusqu'à 30.000 m3 d'eau par jour et de desservir jusqu'à 270.000 habitants --soit un quart de la population totale de l'île méditerranéenne-- a coûté 29 millions d'euros, dont un tiers financé par l'Union européenne.

L'eau est un souci récurrent sur la petite île divisée, au point que la Turquie est en train de construire un aqueduc sous-marin pour alimenter Chypre-Nord en eau douce, tandis qu'au Sud, les Chypriotes-grecs ont construit à grand frais des usines de dessalement de l'eau de mer.

Chypre est coupée en deux depuis que la Turquie a envahi la partie Nord de l'île en juillet 1974, en réaction à un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes-grecs pour rattacher le pays à la Grèce.

En dépit des difficultés politiques dans les pourparlers de réunification, "les dirigeants locaux ont su faire passer les besoins de la population en premier" pour aboutir à cette infrastructure commune, a salué le commissaire européen Stefan Füle lors de la cérémonie d'inauguration.

Après la reprise des négociations en février, "c'est un symbole supplémentaire qu'il y a une envie de travailler ensemble", a souligné Olivier Adam, vice-directeur régional du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), qui a mis en oeuvre le projet.

Les représentants des deux communautés au sein du comité chargé du projet se sont dits "fiers de cette coopération unique", selon le Chypriote-grec Charalambos Palantzis.

"Cela devrait servir d'exemple dans les autres domaines", a renchéri son homologue turc Faik Ozkaynak.

L'usine inaugurée mardi a été construite à Nicosie-Nord, sur le même site que l'ancienne station, devenue obsolète.

Cette ancienne station, née dans les années 1980, servait déjà les deux communautés, alors que sur l'île, les réseaux téléphoniques, routiers et d'électricité sont clairement distincts, obligeant à de complexes arrangements dans certaines zones limitrophes.

cnp/fcc/cbo

PLUS:hp