NOUVELLES

Le gouverneur de la Banque du Japon rit du bitcoin, "pas une monnaie"

08/04/2014 06:29 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

Le gouverneur de la Banque du Japon a pouffé de rire mardi à l'évocation du bitcoin récemment entaché d'un scandale, et jugé que cette devise virtuelle ne pouvait être considérée comme une véritable monnaie.

"Ce n'est pas une monnaie et je ne crois pas que ce soit un moyen de paiement", a souligné Haruhiko Kuroda, après avoir ri à la question d'un journaliste à ce sujet lors d'une conférence de presse suivant une réunion de la banque centrale (BoJ).

"Sans sûreté ni stabilité de sa valeur, il n'y aura pas de demande (pour le bitcoin). En ce sens, ce n'est pas une monnaie", a-t-il jugé.

La position de M. Kuroda rejoint celle du gouvernement japonais exprimée début mars à propos du bitcoin, créé en 2009.

Les médias chypriotes ont rapporté vendredi que le patron d'une entreprise de bitcoin sur l'île méditerranéenne avait fui à l'étranger peu après avoir mis fin à ses activités. Danny Brewster, PDG de Neo&Bee, avait lancé cette année une vaste campagne publicitaire avant même que son logiciel de transactions de cette monnaie virtuelle soit opérationnel.

Fin février, MtGox, un des opérateurs historiques du bitcoin, avait dû se déclarer en faillite auprès d'un tribunal de Tokyo, indiquant avoir perdu 750.000 bitcoins appartenant à des clients et 100.000 à la société elle-même - près de 500 millions de dollars au taux du bitcoin d'alors -, à cause d'un piratage informatique.

Toutefois, ce total a été par la suite ramené à 650.000, quelque 200.000 bitcoins ayant été retrouvés et transférés dans un portefeuille ("wallet") différent non connecté à internet.

MtGox avait stoppé soudainement au début du mois de février les retraits en devises effectués à partir de bitcoins ainsi que toutes les transactions quelques jours plus tard, avant de s'en remettre au tribunal.

oh/pb/pn/phv

PLUS:hp