NOUVELLES

Coupes budgétaires: les employés de CBC/Radio-Canada craignent le pire

08/04/2014 08:00 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

TORONTO - Un dirigeant syndical de CBC/Radio-Canada affirme qu'une grande anxiété règne parmi les employés de la société d'État, qui craignent l'annonce imminente de nouvelles coupes dans le budget du diffuseur public.

Marc-Philippe Laurin ne s'attend pas à recevoir de bonnes nouvelles au cours de la prochaine rencontre avec le président de la société, Hubert Lacroix.

Jeudi, M. Lacroix devrait discuter avec les employés du budget 2014-2015 dans la foulée de la perte du lucratif contrat de télédiffusion de la Ligue nationale de hockey au profit de Rogers Media, en novembre.

À partir de l'automne, le géant médiatique privé détiendra les droits nationaux de diffusion pour les 12 prochaines années et aura le contrôle de l'émission phare de CBC, «Hockey Night in Canada». Un accord parallèle autorise la CBC à continuer de diffuser le hockey le samedi soir, mais n'offre aucun revenu publicitaire à la société d'État.

M. Laurin, président de la section CBC/Radio-Canada à la Guilde canadienne des médias, affirme que M. Lacroix a laissé entendre que des moments difficiles étaient à prévoir, et que les employés s'attendaient maintenant au pire.

Un porte-parole de la société d'État, Chuck Thompson, a refusé de confirmer que des coupes seront bientôt annoncées. Il a seulement indiqué que la conférence de M. Lacroix porterait sur «les pressions financières auxquelles CBC/Radio-Canada fait face et la façon dont nous avancerons».

M. Thompson a précisé que l'allocution de M. Lacroix serait suivie de deux autres rencontres, l'une pour le service français et l'autre pour le service anglais.

Les employés craignent le pire, a dit M. Laurin, joint mardi à Gatineau.

«Tout le monde est anxieux, ils sont inquiets, mais c'est dans l'ordre des choses pour le diffuseur public», a-t-il affirmé.

«S'il va y avoir une autre ronde de coupes cette fois-ci, si c'est ce que nous allons nous faire annoncer, les gens se disent: "Mon Dieu, comment allons-nous pouvoir subir d'autres coupes, et où vont-ils pouvoir encore couper?"».

M. Laurin a souligné que la perte de revenus liés au hockey s'ajoutait à de précédentes coupes qui continuent de faire sentir leurs effets. En 2012, les crédits gouvernementaux octroyés à CBC/Radio-Canada ont été coupés de 115 millions $ sur trois ans.

PLUS:pc