NOUVELLES

C1 - Manchester United et Moyes au bord du vide

08/04/2014 08:17 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

A force d'avoir tutoyé la médiocrité pour sa saison inaugurale à Old Trafford, David Moyes risque d'entamer la suivante sans Ligue des champions pour la première fois depuis 1995/96, à moins que Manchester United ne remporte la finale.

Autant dire que cela relève de "Mission impossible", terme qui s'applique d'ailleurs dès le quart de finale retour mercredi en Bavière tant les Red Devils ont été dominés chez eux malgré leur nul (1-1) il y a une semaine face au Bayern Munich, tenant du titre.

Si le champion d'Angleterre en titre, pour encore quelques semaines, se retrouve en aussi mauvaise position, il le doit paradoxalement autant à son actuel entraîneur... qu'au précédent.

C'est en tous cas ce qu'estiment maintenant quelques experts de l'histoire mancunienne qui commencent à associer "Sir Alex Ferguson" au fiasco actuel.

Malgré toute sa grandeur, sa légitimité et son palmarès, l'autre Ecossais est "accusé" d'avoir privilégié la nationalité plus que la compatibilité de Moyes avec la maison rouge lors d'une succession un peu bâclée qu'il a personnellement dirigée.

Certains se demandent si Moyes, après onze ans d'un travail honorable mais assez obscur à Everton, était fait pour la lumière que réclame l'histoire noble d'United. D'autres voudraient savoir si Ferguson avait "intérêt" à faire entrer dans la bergerie une pointure qui aurait limité son influence.

A cinq matches de la fin, MU est donc septième avec 57 points, sept de moins que le quatrième qui disputera le tour préliminaire de C1 en août.

Avec déjà dix défaites, les Mancuniens sont sûr de faire la pire saison du club dans toute l'histoire de la Premier League. Depuis sa création officielle en 1992, ils ont en effet toujours été sur le podium (ils avaient déjà fini sixième la saison précédent son instauration).

Ils ont déjà perdu six fois dans le "Théâtre des Rêves", soit une fois de plus que lors des trois derniers exercices cumulés sous Sir Alex.

- Coup de balai estival -

La saison 1992/1993 est également celle de l'apparition de la formule moderne de la Ligue des champions. Jusque-là, MU n'a raté que deux des 21 éditions, la première et celle de 1995/1996.

C'est une glorieuse période de 17 ans marquée par deux titres (1999 et 2008) et deux finales (2009, 2011) qui pourrait se refermer. Il s'agirait également de la première saison sans breloque d'aucune sorte depuis 2004/2005.

Pourtant, depuis mi-mars, United redresse un peu la tête avec "seulement" une défaite lors de ses six dernières rencontres.

Hormis un improbable exploit en Bavière, qui serait un joli clin d'oeil au sacre de 1999 arraché dans les arrêts de jeu face au Bayern, seul un sans-faute dans une fin de saison abordable pourrait ramener un léger sourire.

Après son duel contre Everton le 20 avril, MU affrontera quatre derniers adversaires dont aucun n'est mieux classé que huitième.

Ce qui peut avoir son importance pour Moyes à l'heure où se prépare un grand coup de balai estival.

Vidic est déjà parti et d'autres trentenaires comme Ferdinand, Evra, Carrick et Fletcher pourraient être tentés de le suivre. Selon une rumeur venue des Pays-Bas, même van Persie s'interrogerait.

A 40 ans, Giggs n'a jamais laissé planer le doute aussi longtemps sur la suite de sa carrière.

Enfin, des joueurs entre deux âges comme Hernandez, Nani, Valencia ou Kagawa pourraient être lassés de jouer les utilités.

ManU, qui traîne comme un boulet les six ans de contrat de son entraîneur, devra donc recruter massivement cet été. Alors que l'on prête aux dirigeants l'intention d'injecter jusqu'à 200 M EUR à cet effet, Moyes a tout intérêt à embellir son bilan.

Car jusque-là, en dépensant 34 M EUR pour débaucher le gros flop Fellaini de son ancien club Everton, il n'a pas montré d'aptitude particulière pour dépenser "utile et pas cher".

cd/pgr/fbx

PLUS:hp