NOUVELLES

Attawapiskat: un ancien dirigeant est accusé de fraude et de vol

08/04/2014 01:34 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

ATTAWAPISKAT, Ont. - Un ancien leader de la réserve crie Attawapiskat, dans le nord de l'Ontario, fait face à des accusations de fraude et de vol.

Clayton Kennedy, qui est aussi le conjoint de la chef de bande bien connue Theresa Spence, a été accusé le 26 mars pour une fraude de plus de 5000 $ et un vol de plus de 5000 $, a indiqué mardi la police, qui parle d'un «événement isolé».

Le service de police de Nishnawbe-Aski a indiqué qu'une enquête menée en février 2013 à la suite d'une plainte pour fraude commise à Attawapiskat avait mené au dépôt de ces accusations.

Le conseil de bande a indiqué dans un communiqué qu'il avait porté plainte à la police après avoir mené son enquête interne.

Clayton Kennedy, âgé de 62 ans, est actuellement codirecteur de la réserve de Taykwa Tagamou, à Cochrane, en Ontario, au sud d'Attawapiskat. Il a été libéré sous conditions et devra revenir devant le tribunal le 28 mai.

Il avait été tour à tour directeur des finances, codirecteur et directeur de la bande d'Attawapiskat entre 2001 et 2004. Il était revenu au sein de cette administration en juillet 2010 comme codirecteur et directeur des finances, avant de quitter ses fonctions deux ans plus tard.

En 2011, Attawapiskat est devenue soudainement la vitrine des relations tendues entre le gouvernement fédéral et les Premières Nations, après la déclaration de l'état d'urgence en raison d'une grave crise du logement sur la réserve. Le premier ministre Stephen Harper avait alors accusé la bande de mal gérer les finances publiques.

C'est Kennedy, un comptable de formation, qui était en charge des finances de la communauté à ce moment-là.

En décembre 2011, Ottawa a nommé un vérificateur spécial pour examiner les finances publiques d'Attawapiskat, et a imposé brièvement un directeur externe. Le rapport du vérificateur externe a conclu que plus de 60 pour cent des dépenses engagées par le conseil n'étaient pas accompagnées d'un document pouvant expliquer les frais.

Par ailleurs, le vérificateur a aussi constaté que les piètres conditions de logement dans la communauté n'avaient pas été signalées par les autorités fédérales, en dépit des inspections menées par la Société canadienne d'hypothèques et de logement.

La chef de bande, Theresa Spence, a fait la grève de la faim pendant six semaines à Ottawa en décembre 2012 afin de dénoncer les conditions de vie sur les réserves et le non-respect des traités ancestraux, suscitant d'autres manifestations à travers le pays.

La petite communauté crie d'Attawapiskat, située sur les rives de la baie James, compte environ 2000 habitants.

PLUS:pc