NOUVELLES

Après le "non" de Madrid, la Catalogne va chercher des "cadres légaux" (Mas)

08/04/2014 05:24 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

Après le "non douloureux" des députés espagnols au projet de referendum sur l'indépendance de la Catalogne, les institutions régionales vont chercher d'autres "cadres légaux" dans le but d'organiser une consultation le 9 novembre, a affirmé mardi soir le président catalan Artur Mas.

Le rejet massif par la Chambre des députés espagnols du referendum catalan, au nom du principe de l'unité nationale défendu par la Constitution, "ne marque pas un point final mais un point à la ligne", a déclaré le président nationaliste de la Catalogne dans une intervention télévisée.

"A partir de ce 'non' douloureux, les institutions catalanes chercheront la construction de cadres légaux, et il y en a plusieurs, afin de pouvoir organiser cette consultation le 9 novembre", a-t-il ajouté.

Après sept heures de débats, les députés espagnols ont rejeté par 299 voix contre, 47 pour et une abstention, la demande des nationalistes catalans qui plaidaient pour un transfert de compétences de l'Etat espagnol à la région afin que celle-ci puisse organiser la consultation.

"Une nouvelle opportunité a été perdue. Ce sont les partis nationaux qui l'ont perdue, le gouvernement (espagnol). Ils n'ont pas voulu saisir la main qui leur était tendue", a-t-il ajouté.

"Ils auraient pu dire oui mais ils ne l'ont pas voulu. Je le regrette beaucoup, je crois qu'ils se sont trompés et je crois que le temps le démontrera", a encore affirmé le président catalan.

Une fois écarté un accord avec le gouvernement et le Parlement espagnols, le processus d'autodétermination de cette région du nord-est de l'Espagne pourrait passer par l'élaboration d'une nouvelle loi, par le Parlement catalan, qui selon les partis nationalistes leur permettrait d'organiser un referendum.

"Le chemin doit continuer, et il continuera en cherchant ces cadres légaux", a déclaré Artur Mas. "Au final, la volonté du peuple de Catalogne ne peut être arrêtée par un vote des députés. La volonté du peuple de Catalogne tant qu'elle sera ferme, majoritaire, civique et pacifique, continuera à s'exprimer", a-t-il ajouté.

dbh/acc/sg/bir

PLUS:hp