NOUVELLES

Libye: deuxième jour de grève générale à Benghazi, routes fermées à Tripoli

07/04/2014 09:40 EDT | Actualisé 07/06/2014 05:12 EDT

La ville de Benghazi, dans l'est libyen, observait lundi une grève générale pour le deuxième jour consécutif, tandis que ce mouvement de contestation s'est entendu à la capitale Tripoli où des routes ont été bloquées par des protestataires.

Des organisations de la société civile ont appelé samedi soir à la "désobéissance civile pour dénoncer l'insécurité", réclamer la suspension du Congrès général national (CGN), la plus haute autorité politique et législative du pays, et la tenue d'élections parlementaires et présidentielle.

Comme la veille, la grève était partiellement suivie à Benghazi où plusieurs administrations publiques, écoles et universités étaient fermées, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'aéroport de la ville, fermé la veille a été rouvert lundi, après qu'un accord a été trouvé avec les protestataires, selon une source aéroportuaire.

A Tripoli, des jeunes se sont joints au mouvement de protestation, bloquant plusieurs routes principales et brûlant des pneus, provoquant des embouteillages monstres dans les principales artères de la capitale, selon des témoins.

Le CGN, issu des premières élections libres, en juillet 2012, a provoqué la colère d'une grande partie de la population en décidant de prolonger jusqu'en décembre 2014 son mandat, qui devait expirer début février.

Sous la pression de la rue, il a toutefois décidé récemment d'organiser des élections anticipées, mais sans fixer de date.

Les habitants de Benghazi protestent régulièrement contre les violences qui secouent quasi-quotidiennement leur ville où des dizaines de juges, des ressortissants étrangers et des membres des services de sécurité ont été assassinés depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

bra-ila/faa

PLUS:hp