NOUVELLES

La Lettonie interrompt la diffusion d'une chaîne télévisée contrôlée par Moscou

07/04/2014 08:31 EDT | Actualisé 07/06/2014 05:12 EDT

VILNIUS, Lituanie - La Lettonie a suivi l'exemple de la Lituanie et décidé d'interrompre la diffusion d'une chaîne de télévision russe, estimant que plusieurs des émissions concernant la crise en Ukraine étaient tendancieuses et allaient à l'encontre des intérêts du pays en matière de sécurité.

L'interruption de trois mois s'appliquant à l'ensemble de la programmation de Rossiya RTR commencera mardi, a révélé la porte-parole du Conseil letton des médias de masse électroniques, Sanita Blomniece, à l'Associated Press, lundi.

Le Conseil a dit avoir pris cette décision à la suite d'une enquête des forces de sécurité lettones, qui ont découvert que de nombreux reportages de Rossiya RTR avaient présenté les événements en sol ukrainien de manière à «justifier une agression militaire contre un État souverain».

Il a aussi soutenu que le principal message véhiculé par ces reportages était «qu'en dépit du droit international, le président de la Fédération russe avait le droit d'avoir recours à la force militaire pour protéger les russophones en Ukraine».

Le responsable des droits de la personne du ministère russe des Affaires étrangères, Constantin Dolgov, a dénoncé le geste de la Lettonie, affirmant sur Twitter que cette interruption était une tentative de censurer des renseignements dérangeants et constituait une violation des droits fondamentaux concernant l'accès aux médias de masse.

La décision lettone fait suite à celle de la Lituanie, qui a suspendu la diffusion de RTR Planeta pour trois mois après que l'organisme lituanien de réglementation des médias eut décrété qu'une émission hebdomadaire sur la crise ukrainienne n'avait pas couvert les événements de façon impartiale. Lundi, la Cour régionale de Vilnius a maintenu l'interruption.

Les deux chaînes appartiennent au diffuseur d'État russe VGTRK.

Les trois pays de la Baltique, la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie, ont tous un nombre important d'habitants russophones et sont de plus en plus inquiets par rapport au comportement du Kremlin à l'égard de l'Ukraine et à sa promesse de protéger les Russes vivant à l'extérieur de son territoire.

PLUS:pc