NOUVELLES

La Banque mondiale réactive une ligne de crédit pour l'Equateur

07/04/2014 09:47 EDT | Actualisé 07/06/2014 05:12 EDT

La Banque mondiale, vivement critiquée par le gouvernement socialiste de Rafael Correa en Equateur, a réactivé une ligne de crédit d'un milliard de dollars en faveur du pays latino-américain, a annoncé lundi l'ambassadrice équatorienne aux Etats-Unis.

L'organisme international a "doublé la ligne de crédit pour l'Equateur" en vue d'"opérations d'investissement" et "sans aucun type de conditions", a affirmé la diplomate, Nathalie Cely, dans un message posté sur son compte Twitter.

Le président Correa, un dirigeant antilibéral au ton hostile envers les organismes financiers internationaux, avait laissé entendre qu'il ne s'opposerait pas à un prêt de la Banque mondiale, dimanche lors d'un programme télévisé.

"Bienvenue à son financement mais sans conditions", avait souligné le chef de l'Etat, une des figures de la gauche en Amérique latine, rappelant qu'il avait déjà refusé dans le passé ce type d'aide.

Après son arrivée au pouvoir en 2007, M. Correa, ancien ministre de l'Economie, avait expulsé le représentant de la Banque mondiale, accusant l'institution d'avoir exercé deux ans plus tôt un "chantage" contre son pays avec un prêt de 100 millions de dollars.

Cet économiste, formé dans une prestigieuse université américaine, avait également soldé la dette de 22,6 millions de dollars auprès du Fonds monétaire international.

En 2008, l'Equateur avait déclaré unilatéralement un moratoire sur sa dette extérieure, considérée comme "illégitime".

Isolé des marchés financiers, le pays enregistre un déficit fiscal de près de 5 milliards de dollars, soit 4% de son Produit intérieur brut (PIB).

En février dernier, sa dette extérieure s'élevait à 13 milliards de dollars (14% du PIB), dont 36% correspondent à des prêts avec la Chine, selon des chiffres officiels.

vel/pz/jr

PLUS:hp