NOUVELLES

Inde: Modi promet de favoriser les investissements étrangers sauf dans la distribution

07/04/2014 03:20 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

Le parti nationaliste hindou, donné favori des élections législatives en Inde qui ont débuté lundi, a annoncé lundi qu'il était prêt à favoriser les investissements étrangers, sauf dans la grande distribution.

Narendra Modi, candidat du Bharatiya Janata Party (BJP) au poste de Premier ministre, et les autres dirigeants du parti n'ont dévoilé le programme du BJP que lundi, plusieurs heures après l'ouverture des premiers bureaux de vote.

"Une bonne gouvernance et le développement sont les deux sujets sur lesquels nous nous battons pour ces élections", a dit Modi en présentant ce programme à Delhi.

Le BJP est donné favori pour succéder au parti du Congrès, au pouvoir depuis dix ans au niveau national.

Le parti nationaliste hindou, qui a largement fait campagne sur la relance de l'économie et des investissements, a promis de se montrer favorable aux projets étrangers, sauf dans le secteur sensible de la distribution qui fait vivre des millions de petites échoppes.

"En dehors de la grande distribution multimarques, les investissements directs étrangers (FDI) seront autorisés dans tous les secteurs où ils seront nécessaires pour le développement de l'emploi, la création d'actifs, l'acquisition de technologies de niche et d'expertises", écrit le BJP dans son programme de 52 pages.

L'ouverture de la grande distribution aux investissements étrangers avait été promise en 2012 par le gouvernement, conduit par le parti du Congrès, mais aucun investissement ne s'est concrétisé en raison du maintien d'un certain nombre de barrières à l'entrée.

Le géant américain Walmart a mis fin en octobre à son partenariat avec le groupe Bharti, déçu du manque d'avancée de ses projets. Le groupe britannique Tesco s'est en revanche engagé récemment dans une coentreprise avec l'indien Tata.

Le BJP, dans l'opposition depuis 10 ans, maintient par ailleurs dans son programme plusieurs propositions fidèles à son idéal nationaliste hindou qui inquiètent les minorités religieuses, en particulier les musulmans.

Il réitère ainsi sa volonté de permettre la construction d'un temple hindou sur le site d'Ayodhya (nord), lieu emblématique des tensions religieuses en Inde.

Le parti avait apporté son soutien à la destruction d'une mosquée en 1992 sur ce site qui serait le lieu de naissance du dieu Ram. Les émeutes ayant suivi cette destruction avaient fait plus de 2.000 morts.

Le BJP a aussi promis de mettre fin au statut spécial octroyé au Cachemire, le seul Etat indien à majorité musulmane.

Il entend également étudier la création d'un "code civil unique" pour tous les Indiens, thème très sensible dans un pays où les personnes peuvent obéir aux coutumes et traditions de leur religion.

bur-ef/jh

PLUS:hp