NOUVELLES

Une vendetta fait deux morts et quatre blessés dans le sud de l'Égypte

06/04/2014 01:54 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

ASSOUAN, Égypte - Les affrontements entre un clan arabe et une famille nubienne ont repris, dimanche, dans le sud de l'Égypte, faisant deux morts et quatre blessés, ont rapporté les autorités médicales.

Le bain de sang, qui a commencé vendredi, a jusqu'ici coûté la vie à 25 personnes.

Des coups de feu ont retenti dans une zone allant d'un quartier résidentiel aux alentours de l'hôpital et de la morgue dans le centre-ville d'Assouan, à quelques kilomètres des hôtels et des artères commerciales de la ville touristique.

Des membres du clan arabe ont brûlé d'autres maisons appartenant à la famille nubienne après avoir recueilli les dépouilles de leurs proches décédés dans le conflit afin de les enterrer.

Cette attaque a poussé les Nubiens à descendre dans les rues avec des armes, provoquant des fusillades. Ils ont également mis le feu aux charrettes de leurs adversaires.

La police a peiné à disperser la foule à l'extérieur de l'hôpital. Un hélicoptère militaire a survolé les lieux.

Les autres résidants se sont plaints de l'incapacité des forces de sécurité à mettre fin à cette vendetta.

Ces nouveaux combats se sont produits peu après la visite du gouverneur local.

La violente dispute s'est amorcée à la suite de l'implication des adultes des deux groupes dans une querelle d'écoliers. Selon la police, le harcèlement d'une jeune fille serait à l'origine du conflit. Des témoins ont rapporté que des graffitis offensants écrits sur les murs de l'école avaient causé les affrontements.

Le premier ministre de l'Égypte, Ibrahim Mahlab, et son ministre de l'Intérieur se sont rendus à Assouan, samedi, afin de rencontrer les leaders locaux et de régler la crise.

M. Mahlab a promis d'ouvrir une enquête pour déterminer la cause de la violence. Les vendettas, surtout pour des questions d'honneur, sont fréquentes dans le sud de l'Égypte.

PLUS:pc