NOUVELLES

Rwanda: la Belgique ne change pas son programme après les accusations de Kagame

06/04/2014 04:56 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT

La Belgique n'a pas prévu de changement de programme dans sa participation aux commémorations du génocide rwandais lundi à Kigali, malgré les accusations à son encontre du président du pays Paul Kagame, a annoncé dimanche le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.

La France a annulé sa participation aux commémorations du génocide de 1994 lundi à Kigali, en réaction à une interview de M. Kagame dans l'hebdomadaire Jeune Afrique de dimanche. Ce dernier y dénonce un "rôle direct" de la Belgique, ancienne puissance coloniale, et de la France "dans la préparation politique du génocide", et "la participation de cette dernière à son exécution même".

"Je comprends la réaction française, puisque la France est accusée d'avoir participé activement au génocide y compris sur le plan militaire", a réagi dimanche M. Reynders, interrogé par la radio-télévision publique francophone RTBF.

"C'est un vieux débat. Paul Kagame parle de préparation politique au génocide (...) Tout cela a été examiné en long et en large par une commission d'enquête en Belgique et à l'époque les conclusions étaient très claires: la préparation du génocide est due à des groupes extrémistes au Rwanda même", a-t-il rappelé.

"Cela dit, ce que nous allons faire au Rwanda, c'est commémorer un génocide, c'est-à-dire rappeler la mémoire des victimes, de leurs familles", a indiqué M. Reynders. "C'est ça le sens de notre démarche. Nous n'allons pas rendre hommage à un gouvernement rwandais actuel", a-t-il ajouté.

"Il n'y a aucun changement dans le programme. Nous verrons sur place les déclarations et les propos exacts qui auront été tenus à l'occasion des commémorations. Mais en ce qui me concerne je souhaite vraiment être sur place à Kigali car c'est la seule façon de vraiment rendre hommage aux victimes, notamment les paras belges", a insisté le ministre.

M. Reynders se rend à Kigali accompagné du ministre de la Coopération et du développement Jean-Pascal Labille et des familles des 22 victimes belges, 10 casques bleus et 12 civils.

Le Premier ministre, Elio Di Rupo, a salué dimanche matin la mémoire des victimes, belges et rwandaises, devant les familles avant leur départ pour Kigali.

cel/jh

PLUS:hp